Archive pour la catégorie 'politique'

Le pouvoir réveille ses pions en Kabylie

26 septembre, 2013
Le pouvoir réveille ses pions en Kabylie dans politique Sous-la-Houlette1-600x360

les pions tenue une autre réunion au bureau de Khalida Toumi qui a regroupé Abdelmajid Sidi Said, Amara Benyounes, Ould Ali Lhadi sous la bienveillante attention du colonel Alili, ancien du DRS qui s’était illustré par de scabreuses manipulations lors des évènements tragiques de 2001 qui avaient mené à l’émergence du mouvement des arouchs.

Son activisme avait été durement dénoncé à l’époque dans divers canaux de communication proches des milieux de l’opposition. Peu habitué à affronter les interpellations, surtout quand elles sont publiques, l’homme en avait conçu un lourd dépit et envoya force messages aux opposants, leur jurant qu’ils se méprenaient sur ses véritables intentions. C’est la première fois qu’il réapparait dans une opération politique « chaude ».

 

L’ordre du jour de la réunion portait sur la manière de contrer les dénonciations dont sont l’objet en Kabylie ceux que l’opinion régionale appelle malicieusement la Bande des Quatre et, surtout, de contenir le réveil soudain de certains membres des arouchs qui affichent une hostilité inattendue contre Bouteflika.

 

Avant la réunion, Benyounes avait préconisé de soudoyer les éléments les plus virulents, Toumi a proposé les moyens des réseaux de son relais local Ould Ali et Abdelmadjid Sidi Said avait garanti la mise à disposition de certains « syndicalistes ». Pour des raisons inexpliquées, la corruption qui avait servi à gérer et à manipuler le providentiel mouvement qui avait permis de perturber la Kabylie pendant deux ans n’a pas été à la mesure des attentes des 4 compères. Ils ont donc décidé d’alerter les hauts responsables du DRS qui n’ont pas montré, pour l’instant, une grande précipitation à désamorcer les invectives ciblant le chef de l’Etat.

 

L’atmosphère était tendue car les 4 partenaires se surveillent comme chien et chat. Toumi n’a jamais apprécié Benyounes qui le lui rend bien, pour des questions vénales, Ould Ali est resté en froid pendant des mois avec le clan des Benyounes et Sidi Said a toujours veillé à maintenir une certaine distance avec des individus dont il connait le rejet en Kabylie. Pour rassurer le groupe, le colonel Alili, cherchant probablement à se remettre dans les circuits des services, s’est prévalu de sa capacité à maitriser les acteurs à l’origine de la campagne lancée contre le clan présidentiel. Ces derniers jours, la maison de la culture de Tizi Ouzou, centre névralgique de l’entrisme bouteflikien en Kabylie, accueille de frénétiques réunions et visites. Dans cette agitation un peu désordonnée, la remarque de ce chef de Daira qui a longtemps servi dans la région et qui y a gardé un pied à terre mérite d’être entendue: « quand le pouvoir réveille ses pions en Kabylie, c’est qu’en général, ça va bouger à Alger ».

samy iris

La guerre en Syrie est un plan de recolonisation dont fait partie l’Algérie»

26 septembre, 2013

Michel Collon : «On a perdu le réflexe de se méfier du colonialisme.» D. R.

 25. SEPTEMBRE 2013
Michel Collon : «On a perdu le réflexe de se méfier du colonialisme.» D. R.

SAMY IRIS : Comment évaluez-vous le développement de la situation en Syrie en ce moment ?
Michel Collon : Je crois que l’on assiste à un tournant historique. On voit que les Etats-Unis, qui ont été, jusqu’à présent, très arrogants et se permettaient de déclencher des guerres assez facilement, sont maintenant face à une résistance très forte en Syrie, face aussi à un refus de la Russie et face à la résistance croissante des pays du Sud. Le sentiment qui se développe en Amérique latine, en Afrique, dans le monde arabe aussi et en Asie bien entendu, est que les Etats-Unis sont une puissance déclinante, qu’ils mènent une politique égoïste visant seulement à voler les richesses pendant que les peuples restent dans la pauvreté, et qu’il est donc temps de résister à ces guerres qui sont purement économiques, des guerres du fric, et qu’il faut construire un front par rapport aux Etats-Unis et à leurs alliés européens, puisque l’Europe suit les Etats-Unis de manière très docile et hypocrite et est impliquée dans ce système.
Nous avons réalisé une série d’entretiens avec des personnalités aussi divergentes les unes que les autres, notamment Paul Craig Roberts qui fut conseiller de Reagan. Un point revient souvent : dans le monde occidental, aujourd’hui, les anti-guerre par rapport à ceux qui dénonçaient la guerre du Vietnam, par exemple, sont à droite. Pourriez-vous nous faire un commentaire à ce sujet ?
Nous avions, en Europe, un mouvement anti-guerre extrêmement puissant qui s’était développé justement pendant la guerre du Vietnam. Ce mouvement a été très affaibli. On en a vu encore une pointe en 2003 au moment où Bush a attaqué l’Irak et où nous étions des millions dans la rue, mais il faut bien constater que quand les Etats-Unis ont attaqué la Libye, quand ils sont intervenus en Yougoslavie et en Afghanistan, il n’y a pas eu de forte résistance. Je pense qu’il faut analyser le problème en se demandant comment la Gauche européenne qui avait toujours été en principe anti-guerre, anti-coloniale, anti-injustices sociales, se retrouve maintenant, à de très rares exceptions, aux côtés des Etats-Unis et de l’Otan, dans une grande alliance qui englobe Israël, l’Arabie Saoudite, le Qatar et toutes ces dictatures épouvantables qui prétendent qu’elles vont apporter la démocratie en Syrie. Et la gauche européenne marche avec ça ? C’est une comédie et il est très important d’expliquer d’où cela provient. Je pense qu’on a perdu le réflexe de se méfier du colonialisme, de refuser la guerre et de rechercher des solutions politiques aux problèmes. On a perdu cette idée que les nations ont le droit de décider de leur système social, de leur avenir, de leurs dirigeants et que ce n’est pas à l’Occident colonial de dire qui doit diriger tel ou tel pays. Nous avons un grand examen de conscience et une analyse à faire : comment se fait-il que ceux qui devraient être à gauche se retrouvent avec ceux que je considère, moi, comme l’extrême droite, à savoir Israël, l’Arabie Saoudite et le Qatar ?
D’après les informations que nous avons récoltées à travers nos entretiens et qui se confirment, Barack Obama serait otage du lobby israélien, notamment via l’Aipac et ses partisans, comme Susan Rice, Lindsay Graham, etc., et les néo-conservateurs pro-israéliens. Qu’en pensez-vous ?
C’est une thèse très répandue que les Etats-Unis sont dirigés par Israël et je ne suis pas d’accord avec cette position. Je pense, en fait, que c’est le contraire. Ce n’est pas le chien qui commande à son maître, c’est le maître. Quand vous regardez l’économie israélienne et son budget, vous voyez bien que la force est aux Etats-Unis et qu’Israël est ce que j’appelle le «porte-avions» des Etats-Unis au Moyen-Orient. Bien sûr, le lobby est un phénomène qui joue, mais le jour où l’élite des Etats-Unis décidera qu’Israël ne nous est plus utile ou qu’il nous fait du tort parce que tout le monde arabe est en train de résister et nous allons perdre notre crédit et notre marge de manœuvre au Moyen-Orient, ce jour-là, les Etats-Unis lâcheront Israël. Il y a des fantasmes sur le lobby juif qui dirigerait le monde, mais je ne crois pas à cette théorie.
L’Aipac n’est pas une vue de l’esprit…
Nous sommes dans un monde dirigé par les multinationales. Quand vous voyez qui a le pouvoir de contrôler les richesses, de décider l’économie, de contrôler Wall Street, la City, Frankfurt, etc., ce sont des multinationales. Et le fait qu’il y ait quelques patrons juifs n’est pas le problème. Je pense vraiment que l’on doit s’en prendre au système des multinationales et ne pas prendre la conséquence pour la cause.
Vous avez dit dans l’émission de Taddéï : «Vous m’inviterez un jour car ce sera au tour de l’Algérie d’être ciblée par une frappe ou une guerre.» Le pensez-vous toujours ?
Oui, je pense que ce qu’il se passe en Tunisie et au Mali et l’attaque contre la Syrie annoncent qu’effectivement les Etats-Unis sont en train d’exécuter un plan de recolonisation de l’ensemble du monde arabe et des pays musulmans – puisqu’il y a l’Iran aussi – qui ont échappé au colonialisme classique. Clairement, l’Algérie fait partie des cibles, comme l’Iran, et donc il est très important de voir qu’en défendant l’autodétermination du peuple syrien, on empêche les Etats-Unis d’attaquer les cibles suivantes. Ce que je dis dans ce cas, c’est que, en fait, il s’agit toujours de la même guerre. Nous sommes dans les différents chapitres d’une même guerre de recolonisation.
Entretien réalisé par SAMY.IRIS

Le siège du Croissant Rouge Algérien d’Azouguen incendié

22 août, 2013
Le siège du Croissant Rouge Algérien d’Azouguen incendié dans politique d687048fd9c3496127bad4e7827d078f

21/08/2013

 

Deux clans se disputent la présidence du Croissant Rouge Algérien à  Tiziouzou . Le clan de la mafia de la ville de   Tiziouzou   , qui détourne d’importantes quantités de produits alimentaires ainsi que de grosses sommes d’argent,est soupçonné d’être derrière cet incendie.

Un incendie a saccagé ce matin, vers 3 heures, le siège appartenant au Croissant Rouge Algérien de la ville d’Iazouguen, 30 km à l’est de la ville de Tiziouzou. Si aucune perte humaine n’a été enregistré, l’ensemble du matériel se trouvant à l’intérieur de ce siège, sis au rez-de-chaussée de l’immeuble au centre-ville, a été dévasté.

La toiture s’est complètement effondrée, les outils informatiques et plusieurs micro-ordinateurs sont partis en fumée en espace de 30 minutes. Les dégâts sont énormes, selon une source locale. Par contre, l’origine de cet incendie est toujours inconnue, mais la thèse d’un acte criminel est la plus plausible.

 

Deux clans se disputent la présidence du Croissant Rouge Algérien à , faut-il le signaler. Le clan de la mafia de la ville de  Tiziouzou, qui détourne d’importantes quantités de produits alimentaires et de grosses sommes d’argent, est soupçonné d’être derrière cet incendie. Ce clan est constitué de voyous et de proxénètes de la ville de Tiziouzou  dont la plupart sont des repris de justice, mais ils ont acquis une virginité après avoir soutenu Bouteflika lors des élections présidentielles de 2004 et de 2009. Ce clan est soutenu aussi d’une manière indirecte par le wali de  Tiziouzou, , mais il n’a pas osé afficher sa position.
L’autre clan, auquel appartient le siège incendié, d’un certain Aït Hamadouche, de la région de Michelet a été soutenu par le patron du MPA, Amara Benyounès, avant d’être lâché. Même cet Aït Hamadouche n’est pas sain. Les deux belligérants soldent leurs comptes par presse interposée, car les intérêts et les privilèges qu’ils tirent du CRA sont importants.

SAMY .IRIS pour Tamurt.info

 

Cohn-Bendit poursuivi au pénal pour pédophilie

17 juin, 2013

L’étau se resserre autour de celui qui racontait sans honte ses pratiques sexuelles avec des enfants en bas âge

Cohn-Bendit poursuivi au pénal pour pédophilie dans Contributions cohn-bendit-3

Cohn-Bendit poursuivi au pénal pour pédophilie

Aujourd’hui Daniel Cohn-Bendit ne peut plus sortir ni à Berlin, ni en Pologne sans être rappelé à son passé avec son livre Le Grand Bazar. Le célèbre réalisateur polonais, Grzegors Braun, ayant tout récemment appris les dires et les allusions sexuelles de Daniel Cohn-Bendit envers les enfants a porté une plainte en Pologne pour pédophilie contre l’eurodéputé franco-allemand. A Berlin dans deux conférences, où Daniel Cohn-Bendit participait, un homme a interrompu le bon déroulement de ces dernières et montré du doigt Daniel Cohn-Bendit avant de dire « cet homme est un pédophile » avant de lire le passage incriminé du Grand Bazar ou d’interpeller l’assemblée sur le passé de l’eurodéputé.

Prix Theodor Heuss. Tout commence avec la remise du prix Theodor-Heuss à Daniel Cohn-Bendit, qui a bien eu lieu ce 20 avril. Ce prix, qui récompense une personnalité politique, est donné à des personnalités qui ont œuvré pour la société et la politique. Le président de la Cour constitutionnelle fédérale allemande, Andreas Voßkuhle,avait refusé de participer à la cérémonie et de remettre le prix à Daniel Cohn-Bendit car « le Président ne pouvait pas associer la Cour avec des écrits parlant de la sexualité entre les adultes et les enfants », avait, alors au mois de mars, expliqué son service de presse. De nombreuses personnalités politiques d’outre-Rhin trouvent des excuses pour cet homme politique issu de la génération des années 68 où « il faut comprendre que cette génération a un certain passé ». Mais le jour de la remise du prix à Daniel Cohn-Bendit, ce dernier a été accueilli par une foule en colère.Dénoncé en public. Juste avant de partir en déplacement en Pologne, Daniel Cohn-Bendit était l’invité de Médecins sans frontières le 25 avril à Berlin à la Mairie Rouge, qui se trouve juste à côté de la gare Alexanderplatz et de la tour de télévision avec sa grosse boule genre discothèque. Dans le public réuni dans une salle de la mairie de Berlin, un homme a pris la parole après avoir été autorisé à pouvoir poser des questions et à s’exprimer.

Seulement, l’homme a calmement demandé à l’organisateur de Médecins sans frontières qui se trouvait sur l’estrade à côté de Cohn-Bendit : « Comment est-ce possible que Médecins sans frontières invite un homme qui se décrit lui-même comme étant un violeur d’enfants et comment peut-on imaginer que Médecins sans Frontières soutienne la pédocriminalité humanitaire ? » L’organisateur, micro en mains, visiblement agacé, a riposté en disant qu’il connaissait parfaitement le passage du livre et que cette intervention était hors sujet et que « Cohn-Bendit est là car il défend une position des Verts et qu’il est député au Parlement européen ».Le 28 avril Daniel Cohn-Bendit était cette fois au Berliner Ensemble, dans le célèbre théâtre tenu par Bertold Brecht et Heiner Müller sous le régime de la RDA. Daniel Cohn-Bendit est sur une estrade avec des représentants du magazine Cicero. Cicero, qui présente des photos et des dessins toujours recherchés et colorés, est un magazine réputé pour son sérieux et son intellectualisme.

Un homme sort du public et monte sur l’estrade pour montrer du doigt l’écologiste et lire à haute voix le passage incriminé de son livre le Grand Bazar.Pologne. Le 26 avril Daniel Cohn-Bendit devait participer à un colloqueà l’université de Wroclaw. Cette fois le député franco-allemand doit s’esquiver et déclare qu’étant malade, il ne pouvait plus participer à la conférence. Ce dernier restera planqué dans son hôtel toute la journée. En Pologne, pays catholique supportant mal « les idées » venues de cette Union européenne qui s’attaque à la famille, l’enfant est sacré. Les manifestants polonais étaient venus pour casser du verre ce jour-là. Le réalisateur polonais, Grzegors Braun, connu pour avoir réalisé un film sur Lech Wałęsa montrant son implication avec la Stasi, a appris tout récemment que Daniel Cohn-Bendit avait évoqué son passé érotique et sexuel avec des enfants dans une émission télévisée. Grzegors Braun a sur le champ porté une plainte au pénal contre Daniel Cohn-Bendit pour pédophilie.Parti des Verts allemands.

La fondation Heinrich Böll, « mémoire des Verts » possède les archives sur le dossier du Grand Bazar écrit par Daniel Cohn-Bendit. Bien que l’eurodéputé s’efforce d’expliquer qu’il n’a pas donné des ordres pour interdire à des chercheurs ou des journalistes de faire des recherches sur son livre, la fondation du parti des Verts, basé dans le centre de la capitale allemande, explique qu’une demande expresse est arrivée aux archives en provenance du bureau de l’eurodéputé pour ne pas dévoiler le contenu des cartons. On apprend dans cet article de la presse allemande que ces archives sont interdites au public, aux chercheurs et journalistes pour une durée de soixante ans jusqu’en 2031. Daniel Cohn-Bendit aurait-il d’autres choses plus terribles à se reprocher ? En tout cas il ne tient pas à faire la lumière sur son passé ! L’auteur de l’article explique que Daniel Cohn-Bendit aurait fait beaucoup plus de déclarations à caractère pédophile et que le livre ne serait pas le seul élément explosif.Dans la gazette intitulée Pflasterstrand des Linke de Francfort-sur-le-Main, qui a existé de 1977 à 1990, on y trouve des textes explicites : « L’année dernière une fille de six ans a flirté avec moi. C’était un moment des plus émouvants et des plus jolis que j’aie pu avoir… et ce n’est pas important d’écrire pour ou contre la pédérastie », peut-on lire dans une édition de 1978 dans Les Mémoires d’un dinosaure.Rappelons que Cohn-Bendit était le responsable juridique du Plasterstrand.

par: samy iris

Distribution de logements sociaux à Tigzirt

23 mars, 2013
Distribution de logements sociaux à Tigzirt

Distribution de logements sociaux à Tigzirt dans corruption a4d78b4ac09c091b1444fdf73e851a2b

 

Les commis d’état agissent en Kabylie comme les anciens administrateurs coloniaux de l’époque Françaises.

21/03/2013 – 13:55 mis a jour le 21/03/2013 – 14:07 par Syfax N’Ath Wezguèn

Le chef de daïra fait tous ce qu’il veut. Les élus locaux, quant à eux, ne sont chargés que pour calmer les mécontents et gérer les mouvements de protestation de la population. Les chefs de daïras, les commissaires de police et les chefs de brigades de la gendarmerie s’accaparent de lots de terrains. Ils distribuent des logements à leurs proches et concubines comme on distribue des baguettes de pain, alors que les citoyens Kabyles sont écartés et continuent à être rongés par la misère. Le dernier exemple en date est la distribution de 144 logements sociaux dans la localité de Tigzirt, 40 km au nord de Tizi Ouzou.
Le chef de daïra de cette localité, qui n’est autre à vrai dire qu’un agent du DRS, est accusé ouvertement par la population locale d’avoir distribué ce lot de logements à ses proches et surtout à ses nombreuses copines, venues d’autres régions, notamment de l’Algérois. Les citoyens de Tigzirt, quant à eux, sont carrément écartés de la liste des bénéficiaires, hormis une dizaine pour voiler la face. « Encore une fois, la distribution d’un lot de logements sociaux à Tigzirt s’est effectuée dans une ambiguïté totale. 144 logements sont distribués à des personnes, dont la plupart n’ouvre même pas droit et encore moins de la région. 13 personnes, affichées dans les premiers temps comme bénéficiaires, ont vu leurs noms effacés de la liste pour être remplacés par d’autres. Devant cette énième injustice, le collectif des citoyens non-bénéficiaires de logements sociaux de la daïra de Tigzirt, ne compte pas rester les bras croisés. L’auteur de ce scandale n’est autre que le chef de daïra qui n’est pas à sa première sortie. C’est lui seul qui décide. Ses amis et ses proches sont toujours favorisés, alors que les personnes nécessiteuses, dont des handicapés, des femmes de Chahid sans logements, sont écartées à chaque distribution », peut-on lire sur une déclaration rendue publique et signée par le collectif.
Les protestataires exigent une enquête sur ce scandale. Faute de quoi, ils menacent de sortir dans la rue. « Nous alertons l’opinion publique ainsi que la presse sur ces dépassements initiés par le chef-de daïra de Tigzirt qui ne recule devant rien pour satisfaire ses amis. Des actions de protestations seront initiées incessamment, si les autorités concernées n’interviennent pas », ajoute les rédacteurs de la déclaration .

detournement “à l’algérienne” une grave affaire de trafic d’or par un groupe de hauts responsables militaires algériens.

23 mars, 2013
Cela ressemble à detournement “à l’algérienne”

detournement “à l’algérienne” une grave affaire de trafic d’or par un groupe de hauts responsables militaires algériens.  dans politique 3908f9f12527c228463cf8c8e22adced

La raison n’est autre que la découverte à bord de cet avion d’une tonne et demi de lingots d’or.

Le nom de l’Algérie vient d’être cité dans une grave affaire de trafic d’or par un groupe de hauts responsables militaires algériens. L’appareil, turc, transportant cet or appartient à la compagnie aérienne ULS cargo. Il bloqué depuis cinq jours à l’aéroport Kamal Atatürk d’Istanbul, en Turquie.

Les documents présentés par l’équipage pour justifier le transport de cette marchandise sont falsifiés. Est-ce un autre scandale algérien de détournement de deniers publics ?
Diverses hypothèses sont évoquées à propos de cette cargaison qui aurait comme point de départ le Ghana. Des informations parlent avec insistance d’un transfert d’or vers un pays du golf par l’Algérie.

Notre source ajoute que l’affaire de la fuite d’Ahmed Ouyahia avec sa famille à l’étranger a un lien direct avec ce nouveau scandale.
L’atterrissage de l’avion transportant cet or en Turquie est du, selon les membres de l’équipage, au manque de carburant. L’appareil était obligé d’atterrir en Turquie pour s’approvisionner en kérosène voire changer d’équipage. Mais d’autres sources, officieuses bien sures, bien confirmées, indiquent que l’atterrissage était forcé. Ce qui a permis de découvrir par les services de sécurités turques que le bordereau de transport de cette cargaison très particulière n’était pas en règle.

Ainsi depuis, cinq jours, les membres de l’équipage sont retenues à Istanbul ainsi que la tonne et demie d’or. Ils ont découvert que sur le papier les lingots d’or proviennent du Ghana à destination des Emirats Arabes Unies, ce qui est archi-faux. La véritable provenance de cet or est Alger, mais la destination exacte n’est pas connue pour le moment ; on parle d’un pays du golfe.

Si aucun responsables turc ni algérien n’a réagi à cette étrange affaire, nos sources précisent que ce sont les hauts responsables des deux pays, notamment les services secrets, qui sont chargés de l’évolution de cette affaire de transfert de plus d’une tonne et demie d’or.

 

iris samy

grève de faim!!! a lille

15 décembre, 2012

SAMEDI 15 décembre 2012

34 jours de grève de faim : »C’est la lutte des Sans-Papiers grève de faim!!! a lille dans politique  

 

 

« Nous sommes humains,Ils sont racistes

 

Ils font la guerre aux Sans-Papiers

 

Egalité, Fraternité

 

Ils font la guerre aux Sans-Papiers »

 

« Nous ne sommes pas dangeureux

 

Nous sommes en danger »

 

Chants des militants Sans-Papiers

 

Les Sans-Papiers de Lille en lutte collective au sein du Comité des Sans-Papiers CSP59 n’ont eu de cesse ces dix derniers mois d’alerter le Prefet du Nord sur leur situation douloureuse et injuste. Des individu.e.s : femmes, hommes, enfants, jeunes et moins jeunes qui la plus part ont épuisé tous les recours administartifs et qui se trouvent en situation de grand désespoir. Exténué.e.s par des mois, parfois des années de lutte, réduit.e.s à n’être qu’une main-d’oeuvre exploitable par les patrons négriers, considéré.e.s comme des sous-humains qu’on oblige à se cacher et à se terrer, harcelé.e.s par le contrôle policier et par une réalité quotidienne d’une extrême violence, ils ont déterminé la lutte politique comme moyen de revendiquer leurs droits à être traité.e.s comme des êtres humains. Le droit à être respecte.é.s et à recouvrir leur dignité.

 

 

Face à la répression de l’Etat et à la violence qu’elle déchaine la lutte des Sans-Papiers est rude et ses moyens sont limités. Comme toute oppression grave, celle qu’ils subissent a pour objectif de les réduire au silence et de les invisibiliser. Refusant cette invisibilisation ils se sont organisé.e.s et ont mené plusieurs actions : manifestations chaque mercredi soir, des multiples rassemblements devant la Préfecture du Nord, des marches, des cérémonies de parrainages, des rendez-vous avec des élus ou des Maires et enfin plusieurs occupations pacifiques auxquelles la Préfecture a toujours répondu par un impressionnant déploiement de CRS, par des coups de matraques et des jets de gaz lacrymogène.

 

Depuis le 2 novembre dernier, expulsé.e.s de la Maison de la Médiation de l’Hôtel de Ville qu’ils ont occupée toute la journée, les militant.e.s Sans-Papiers ont décidé de mettre leur vie en danger en déclarant la grève de la faim et ce pour exiger leur régularisation immédiate par le Préfet. Le dimanche 25 novembre, toujours sans réponse de ce dernier, ils décident d’occuper le Temple de l’Eglise Réformée de Fives, situé au 165 rue Pierre Legrand à Lille, dans le but de faire constater leur situation de grévistes de la faim par les autorités sanitaires et d’alerter les médias et les soutiens.

 

Leurs revendication sont claires :

 

1. Que la Préfecture reçoive le CSP59 qui lui remettra la liste portée par la grève de la faim en vue d’une régularisation.

 

2. Le droit à la défense argumentée mensuelle par le CSP59 en Préfecture des autres situations.

 

Dans la nuit du 04 au 05 décembre, à partir de 20h, les Sans-Papiers grévistes de la faim ont été expulsé.e.s du Temple avec la complicité de ses responsables. Les soutiens présent.e.s sur place, dont je fais partie, ont alors assisté à des scènes d’une rare violence. Les Sans-Papiers dès qu’ils sortaient de l’Eglise s’installaient au milieu de la rue, enroulé.e.s dans des couvertures, dans le froid et sous la pluie. Plus d’une vingtaine de cars des forces de l’ordre dont le GIPN ont été déployés, le quartier quadrillé, les grévistes et les soutiens encerclés ; nous étions totalement isolé.e.s. Plus tard dans la soirée, nous nous sommes faits repoussé.e.s vers une rue adjacente. Les grévistes, éparpillé.e.s par terre se faisaient jeter les uns sur les autres par les CRS, on les entassait comme du bétail sur le trottoir. Certain cas graves, nécéssitant une intervention urgente n’étaient nullement pris au sérieux par les Autorités sur place. Ni nos demandes répétées, ni nos cris de desespoir ne semblaient les atteindre. Les CRS et leurs chefs hiérarchiques continuaient de nous contempler placidement comme le colon qui contemple l’indigène agonisant et qui s’en réjouit.

 

Après plus de 2 heures, les grévistes se sont fait raccompagner par le SAMU jusqu’au Local des Sans-Papiers qui se trouvent à une centaine de mètres de L’Eglise évacuée.

 

« C’est la vie ou la mort » répétaient les grévistes, décidant ainsi de poursuivre coûte que coûte la grève de la faim. De ce fait, grévistes et soutiens ont rejoint par le métro les urgences de l’hôpital CHRB Calmette et ce peu avant 00h.

 

Vers 2h du matin, plusieurs d’entres eux/elles ont été évacué.e.s par le SAMU et éparpillé.e.s dans différents hôpitaux de la métropole. Dispatché.e.s de cette manière, la Préfecture joue la carte de l’épuisement des Sans-Papiers et de leur isolement pour casser la grève, mais c’est sans sans compter sur la determination des militant.e.s grévistes.

 

Jusque quand cela dura-t-il ? Le Préfet daignera-t-il prendre au sérieux cette grève et les revendications portées par les militant.e.s Sans-Papiers ? Ou alors, fidèle à une longue tradition colonial toujours aussi vivace en France paysdesdroitsdel’hommeblanc n’a t-il absolument rien à faire de leurs vies ? On nous parlera encore et toujours des chiffres décidés par le gouvernement concernant les régularisations. On nous débitera la longue et interminable liste des critères. On nous citera les circulaires et les décrets… On fera passer les Sans-Papiers au mieux pour des voyous sinon pour des animaux sauvages et pour des barbares. On justifiera les centres de la honte qu’on euphémise en « Centres de Rétention Administrative ». Mais personne n’évoquera jamais les raisons qui nous amènent à quitter nos pays, nos familles, nos amis souvent au péril de nos vies pour atteindre l’Occident et affronter un douloureux exil. Personne n’évoquera jamais les conséquences désastreuses de la colonisation dans nos pays. De l’exploitation du Sud par le Nord qui se poursuit encore aujourd’hui à grand renfort de baionnettes et de canons ou encore de manière plus insidieuse à coups d’armes silenciseuses. Personne jamais ne parlera du continuum colonial ici. Aujourd’hui. En France.

 

On préfèrera ignorer qu’il s’agit bien d’Individu.e.s et non pas d’une masse uniforme d’anonymes. Qu’il s’agit de visages, de vies, d’âmes. Qu’il s’agit d’un geste desespéré mais ô combien digne.

 

La lutte pour la dignité est une lutte acharnée que les Sans-Papiers mènent avec courage et determination face à un système dont la somme des institutions, dont les valeurs et les croyances sont fondamentalement racistes. Un racisme systémique et institutionnel qui écrase, exploite, infériorise toutes les populations non-blanches de ce pays. Noirs, Arabes, Rroms, Asiatiques… subissent tous la condescendence de race et le pouvoir Blanc dans toute sa laideur. Cependant, si le non-blanc est en-dessous de la France d’en-bas, le Sans-Papier lui est relégué a une place plus inférieure encore. Il est nié dans son existence même pour mieux être exploité par le Patron et L’Etat qui le terrorise en toute légitimité. Ici les lignes de fractures raciales sont claires, lisibles et indéniables. La race crève les yeux mais tout le monde continue de faire semblant de ne rien voir.

 

A ceux et celles qui préfèrent ignorer ce que subissent les Sans-Papiers, qu’ils sachent que nous ne pardonnerons pas. Nous ne pardonnerons rien. Car il s’agit de nos vies, de la vie de femmes et d’hommes. Il s’agit de la mort de femmes et d’hommes. Les Sans-Papiers souffrent, c’est logique, historique, incontestable. Ils souffrent et leur colère est vraie. Leur combat est vrai.

 

Et que reste-t-il alors ? étouffer les cris d’horreur ? Le silence c’est la mort. Le silence c’est la résignation. Et les militant.e.s Sans-Papiers refusent de se résigner. Ils crient !

 

Leurs cris vous parviennent monsieur le Préfet et vous ne pourrez pas faire semblant de n’avoir jamais rien entendu. Alors répondrez-vous enfin à la question que chaque gréviste de la faim vous pose : « Le Préfet veut-il ma mort ? »

 

PAR/IRIS SAMY

 

 

Rebondissements dans l’affaire Mohamed Merah : Israël s’en mêle

29 octobre, 2012

Rebondissements dans l'affaire Mohamed Merah : Israël s’en mêle dans politique logo_ap

ARTICLE | 27. OCTOBRE 2012
Benyamin Netanyahou. D. R.

Benyamin Netanyahou. D. R.

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, se rendra à Toulouse le 1er novembre prochain, où il rendra hommage aux victimes du présumé coupable Mohamed Merah. La présidente du Conseil représentatif des Institutions juives de France (Crif) en Midi-Pyrénées, Nicole Yardini, a déclaré que cette visite témoignait du «caractère planétaire» de l’affaire. «Toulouse est devenue un symbole pour les juifs du monde. Il y a un avant et un après Mohamed Merah», a-elle souligné, qualifiant la visite de Netanyahou de «témoignage de la solidarité du peuple juif à une communauté traumatisée». La représentante du Crif a ajouté qu’elle soulignait «la proximité de destin entre Israël et la communauté juive française, tous les deux menacés par l’islamisme radical». Tout indique que l’affaire Merah sera utilisée comme une nouvelle carte par Tel-Aviv, dans le cadre de son idéologie victimaire qui lui confère tous les droits sur le peuple palestinien opprimé, sans que la communauté internationale bouge le petit doigt. Ce nouvel élément dans cette affaire qui fait beaucoup de bruit s’ajoute à d’autres qui enfoncent chaque jour un peu plus les services de sécurité français. En effet, après la dernière interview de Maître Zahia Mokhtari, avocate du père de Mohamed Merah, accordée en exclusivité àAlgeriepatriotique, de nouveaux rebondissements accablent davantage la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Le frère et la sœur du caporal Abel Chennouf, tué en mars dernier à Montauban, s’apprêtent à porter plainte pour «homicide involontaire» contre la DCRI, rapporte Le Nouvel Observateur. Ils se joignent à la veuve de leur frère qui a envoyé sa propre plainte mercredi. «Le rapport de l’IGPN nous a confortés dans ce que nous savions déjà : il y a eu un relâchement de la surveillance de Merah alors que la DCRI avait appréhendé qu’il s’agissait d’une personne dangereuse», a précisé l’avocate du frère et de la sœur, Maître Dubreuil. Cette double action pour «homicide involontaire en raison de la violation d’une obligation de sécurité» viendrait compléter la plainte déposée en mai dernier par le père du militaire du dix-septième Régiment du génie parachutiste, tué à l’âge de 25 ans à Montauban pour «non-assistance à personne en danger» contre les services de contre-espionnage. Le rapport rendu public mardi sur l’affaire Merah, par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), a révélé «plusieurs défaillances objectives» dans le fonctionnement des services de police et de renseignement. Selon la police des polices, ces défaillances tiennent à la «conjonction d’omissions et d’erreurs d’appréciation» et à des «problèmes de pilotage et de cloisonnement encore très présents entre renseignement intérieur, police judiciaire et sécurité». Ce même rapport a été jugé incomplet par le président de la commission des lois de l’Assemblée française, Jean-Jacques Urvoas : «Ce rapport ne dit que des évidences qui étaient déjà connues. Il y a toute une part qui n’est pas traitée, c’est la confiance qui repose sur les hommes. Ce rapport fait une impasse sur la façon dont humainement ce dossier a été géré», a-t-il déclaré en marge d’une session plénière. Ce député socialiste avait déjà créé la polémique, en mars, lorsqu’il avait critiqué l’incapacité du Raid à désarmer Mohamed Merah. «Si je comprends bien, le Raid n’est donc pas capable, en 30 heures, d’aller chercher un individu seul dans un appartement», avait-il ironisé sur son compte Twitter.
Mohamed El-Ghazi

Non aux provocations racistes islamophobes sous couvert de « liberté d’expression »! Film « Innocences des musulmans », caricatures de Charlie Hebdo, « droit au blasphème », interdiction de manifester pour les musulmans en lutte contre l’islamophobie…

21 octobre, 2012
20Sept 2012 
Non aux provocations racistes islamophobes sous couvert de  

 

 

 


Lois contre le foulard à l’école ou contre les nounous voilées, débats « républicains » sur « l’identité nationale », propagande officielle anti-halal, amalgames de plus en plus proches de ceux pratiqués par le Front National sous couvert de « défense de la laïcité »… certains auraient pu croire ce temps révolu, une fois installé à l’Elysée le nouveau président prétendument du « changement » s’inscrit bel et bien dans la continuité…
C’est oublier un peu vite que le racisme n’est pas un simple défaut moral quand il est organisé dans les hautes sphères de l’Etat : L’islamophobie, c’est en effet aujourd’hui ce qui se fait de mieux en matière d’idéologie bourgeoise dominante pour diviser et affaiblir notre classe ouvrière et notre peuple, multiculturel, multicolore et multiconfessionnel dans son refus collectif de payer la crise du système capitaliste.

Chaque fois qu’un recul démocratique doit être entériné, chaque fois qu’une nouvelle guerre coloniale doit être déclarée, la bourgeoisie impérialiste et ses médias nous enfument d’une diversion provocatrice pour voiler ses désastres sociaux et ses crimes en préparation. Valls ne vient-il pas d’annoncer leur intention d’abandonner la promesse du droit de vote des résidents étrangers ? Avec ce ministre de l’Intérieur, ce représentant de l’aile droite du PS admirateur de DSK et de Tony Blair, la continuité de la ligne sécuritaire et répressive de Sarkozy-Guéant est assurée : chasse aux Roms, chasse aux Sans Papiers, interdiction pure et simple des manifestations de musulmans français contre les provocations islamophobes de droite et de « gauche ». La continuité dans le changement, c’est aussi l’annonce d’un « patriote-act à la française » qui comme en 2005 va bafouer le droit constitutionnel de manifester et stigmatiser les citoyens et travailleurs musulmans. Rappelons que c’est avec de telles mesures discriminatoires qu’a été commis à Paris le massacre du 17 octobre 1961 contre les Algériens.

Parallèlement, la presse officielle, au service de ce pouvoir de gauche bourgeois impérialiste, avec en avant-poste le journal pro-PS Charlie Hebdo, élabore jour après jour une stratégie de la tension en insultant délibérément les musulmans et leur foi, sous couvert de « liberté d’expression » et de « droit au blasphème »… On accuse les militants qui ont sifflé, à la fête de l’Huma, l’ex-chroniqueuse de Charlie Hebdo, Caroline Fourest, d’islamistes violents. La presse écrite et télévisée fait passer les protestations populaires des pays musulmans contre le film insultant américain pour des scènes d’hystérie collective « antioccidentale »… tout en cachant les vrais « intégristes », ceux qui sont alliés à l’occident impérialiste, d’Al Qaïda aux mercenaires de l’ASL en Syrie en passant par le Qatar et l’Arabie Saoudite, qui accomplissent les basses besognes de l’Etat-major euro-étatsunien en Libye, au Mali, en Syrie, et bientôt au Liban, en Iran, en Algérie… à savoir liquider les régimes laïcs au profit des dictatures intégristes inféodées. Pendant ce temps on banalise, on dédiabolise sciemment les mouvements fascistes de plus en plus actifs et brutaux, luttant contre le « multiculturalisme » en France et en Europe ! Pendant ce temps on fait ainsi le lit du FN xénophobe fasciste.

L’anticléricalisme historique légitime du mouvement ouvrier et démocratique, c’est à dire la lutte contre le clergé, instrument de pouvoir des classes dominantes depuis des siècles, est aujourd’hui instrumentalisé par la bourgeoisie et ses serviteurs politiques contre l’islam, religion d’une partie de la classe ouvrière et de la Nation, afin d’affaiblir la lutte de classe des travailleurs.

Germanophobe avant la première guerre mondiale, antisémite, anticommuniste et antisoviétique pendant la guerre froide, la propagande impérialiste est aujourd’hui principalement islamophobe et antichinoise pour préparer « l’opinion » à une prochaine guerre mondiale contre les pays émergeants et les peuples opprimés du Sud.

Nous ne sommes pas dupes de ces opérations et provocations bien calculées : La bourgeoisie cherche à détourner notre attention de la crise qu’elle nous fait subir, prépare la guerre sociale contre un prétendu ennemi de l’intérieur, musulman ou simplement croyant, et la guerre impérialiste à l’extérieur contre un prétendu « axe du mal ». Ils veulent nous diviser pour mieux régner ? Unissons-nous pour les combattre !

Français, immigrés, croyants, non croyants, tous ensemble contre les vrais intégristes de l’argent : Union Européenne, USA, Israël et leurs valets Qataris et Saoudiens ! Tous ensembles pour dire : NOUS NE PAYERONS PAS LA CRISE DU CAPITALISME !

 

par.IRIS SAMY

Roland Dumas : Israël contrôle la France

18 juillet, 2012
                      Roland Dumas : Israël contrôle la France  dans Israël contrôle la France coups-et-blessures-roland-dumas  
Dans son dernier livre intitulé « Coups et blessures – 50 ans de secrets partagés avec François Mitterrand », l’ancien ministre des Affaires étrangères Roland Dumas parle de ses souvenirs auprès de l’homme, mais aussi… (Et c’est là où l’auteur étonne et détonne), il dénonce l’ingérence israélienne dans les affaires françaises !
 
Pour ce faire, l’homme a dû enlever ses gants diplomatiques, et se livrer à cœur ouvert : sans un seul tabou, il parle de tout, relate tout, explique tout, sans fioriture ni faux-semblants.

Les Israéliens manipulent les services secrets français
« Les Israéliens en font à leur guise en France, et manipulent les services de renseignements français comme bon leur semble », dénonce-t-il, non sans courage. Il évoque les circonstances qui ont entouré la visite du chef de l’organisation de libération de la Palestine Yasser Arafat en France à la fin des années 80, assurant être lui-même l’architecte des relations avec le leader palestinien.
dumas-arafat00 dans politique Selon lui, Mitterrand craignait la réaction du lobby juif : « le lobby juif, comme l’appelait Mitterrand, œuvrait ardemment. Les pressions étaient très fortes lorsque j’ai annoncé que je comptais rencontrer Arafat durant sa visite au parlement européen en septembre 1988. J’ai obtenu du président Mitterrand après de pénibles tractations la permission de l’accueillir. Après m’avoir répété ses mises en garde, il m’a dit :« Bon d’accord, mais tu en assumeras la responsabilité »…peut-être voulait il insinuer par-là ma démission si les choses tournaient mal ».
Et d’ajouter : « J’ai toujours été fidèle au principe d’équilibre instauré par le général de Gaule au Moyen Orient ».

Les révolutions arabes auront un impact fort sur Israël
Dans son ouvrage paru le mois d’avril dernier, le diplomate français estime que les révolutions arabes sont l’événement le plus important après celui la fin du colonialisme et celui de la chute du mur de Berlin, et leur impact sur Israël sera formidable.
Mais d’après lui, l’Égypte est en train de payer le prix de l’humiliation qu’elle a fait pâtir au peuple Palestinien, et ce de par son laxisme avec les Américains et les Israéliens.
Bachar El Assad est un homme charmant
Assad-bashar_hafez0 L’ancien ministre français des affaires étrangères s’est longuement attardé sur la Syrie.
Il a révélé avoir visité l’ancien président syrien Hafez Al Assad en 1992 sur une suggestion de Shimon Perez qui était alors chef de la diplomatie israélienne.
Rapportant leur longue discussion qui a porté sur le Liban, durant laquelle Assad s’est attelé à lui expliquer que le Liban est une terre syrienne et que les problèmes sont dus aux Britanniques et aux français qui ont opéré un partage injuste, Dumas affirme qu’il sentait qu’Assad voulait par là le taquiner sans aller pour autant jusqu’à mettre en question les frontières léguées par le colonialisme.
« Bien au contraire, c’est une chose qu’il a refusée, lorsque certains leaders maronites le lui ont suggérée, comme l’a rapporté Karim Bakradouni », un ancien responsable des Phalanges-les Kataëb. Indiquant avoir aussi connu le président syrien actuel Bachar ElAssad, il le qualifie « d’homme charmant qui détient un esprit plus ouvert que celui de son père, un esprit pétillant, qui ne récuse pas les questions embarrassantes », estimant que les israéliens se trompent de ne pas négocier avec lui.

Pas d’armes nucléaires en Iran
dumas-iran Roland Dumas a consacré un chapitre important à l’Iran, qu’il a visité plusieurs fois pour y rencontrer son ancien homologue Ali Wilayati et l’ancien président Ali Akbar Hachémi Rafsanjani. « La bombe nucléaire iranienne est à mon avis à l’instar des armes de destructions massives de Saddam Hussein. C’est-à-dire que je n’y crois pas. Tout ce qui se passe n’est que de l’intoxication.
Les tergiversations de la politique française sont dues à des immixtions aux origines connues », a-t-il signifié, signalant que la présence d’Israël aux portes rend toute analyse différente suspecte. Dumas défend le point de vue iranien qui explique la nécessite d’édifier des réacteurs nucléaires pour des besoins énergétiques vu que leur stock en pétrole devrait tarir dans 60 ans.
« Ce qui est vrai est que les Iraniens veulent poursuivre leur programme nucléaire civil et que tous les rapports indiquent qu’il n’y a pas d’armes nucléaires », conclut-il.

Les otages français et l’avenir de Chirac
Dumas a également évoqué l’affaire des otages français détenus au Liban au milieu des années 80 du siècle dernier, incombant le retard de leur libération à l’intrusion de Jacques Chirac et de son équipe dans les négociations menées entre Mitterrand et les Iraniens. Il y dévoile dumas-verges0 que Chirac qui en était au summum de sa campagne électorale a accordé aux Iraniens un  marché plus séduisant pour que leur libération soit effectuée grâce à lui, et ce en faveur de son avenir politique.
  Roland Dumas n’hésite pas révéler son parcours personnel, sa vision politique et ses choix de vie, en tant que résistant, sympathisant, ancien journaliste, avocat réputé, député, dandy, ministre puis président du Conseil constitutionnel.

Il évoque son militantisme pour la défense des militants algériens du Front de libération dans les années 60

         
 

Source : Al-Manar
 
12345...12