Archive pour la catégorie 'Marine Le Pen'

30 août, 2011
 
 
 

 

ELLE PROMET DE BANNIR LE 19 MARS!Marine Le Pen à la conquête des harkis

Marine sur les traces de son père

Marine sur les traces de son père

La présidente du Front national place l’Algérie au coeur de la course à l’Elysée en 2012.La date du 19 mars 1962 qui marque l’entrée en vigueur du cessez-le-feu en Algérie est aussi celle de la fête de la Victoire. Y attenter revient à toucher à un des symboles de la Révolution algérienne. La présidente du FN semble vouloir s’y atteler. Quitte à compliquer davantage sa position par rapport à l’Algérie. C’est à se demander de quoi seront faites les relations algéro-françaises, déjà bien tourmentées, si un jour Marine Le Pen était élue à la tête de la République française. Cela doit être apparemment, le dernier de ses soucis. Elle affiche délibérement, sa volonté à remettre en cause les accords passés et ratifiés entre l’Algérie et la France, particulièrement en ce qui concerne l’immigration. Candidate à la prochaine élection présidentielle et n’ayant plus les faveurs des sondages Marine Le Pen part à la conquête des voix des pieds-noirs et des harkis. Elle montre qu’elle est disposée à franchir un pas supplémentaire: réécrire l’Histoire en leur faveur. Effacer de la mémoire collective des dates qui constituent un repère dans l’édification de l’Etat algérien moderne. Elles marquent surtout la fin d’un empire français dont le déclin s’est amorcé par la débâcle de Diên Biên Phu, pour subir un enterrement de première classe dans les massifs du Nord Constantinois et de Kabylie: Marine Le Pen ne l’avouera pas. Elle préfère jouer sur les cordes sensibles. Celles qui ont contribué à tisser le lit de la haine, de l’intolérance et du racisme. La loi du 23 février 2005 qui glorifie la colonisation se tient en embuscade. Entre les mains de Marine Le Pen, elle deviendrait une arme de destruction massive. La dirigeante du Front national a cependant, une priorité: «J’exigerai en tout premier lieu le respect de vos morts et des cimetières que vous avez laissés là-bas. Je bannirai la date du 19 mars 1962 de l’histoire de France», a promis la pasionaria d’extrême-droite, samedi, à l’occasion d’un déplacement qui l’a conduite à Barcarès, près de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales. «Une date honteuse de l’histoire de France» pour une majorité de rapatriés et de harkis. Ces supplétifs de l’armée française laissés-pour-compte en 1962. Marine Le Pen leur promet d’en effacer la trace et de les rétribuer pour les services rendus à la France. Prix de la trahison envers leur patrie d’origine: l’Algérie. «Si je suis élue présidente de la République, il est bien entendu que je réglerai d’une manière définitive tous les problèmes liés à votre exode forcé, tant d’un point de vue juridique que pécuniaire ou moral», affirme t-elle à une assistance réceptive à ce type de promesses. Une générosité bien calculée: donnant-donnant. Quoi de plus naturel pour la patronne du parti d’extrême droite que de remuer le couteau dans la plaie pour séduire un électorat encore fortement sensible aux thèses de l’Algérie française. En ce sens, elle confirme qu’elle est bien la fille de son père. Si Jean-Marie Le Pen s’est illustré par ses thèses négationnistes en ce qui concerne l’Holocauste, son héritière ne fait pas non plus dans la dentelle et promet de réécrire l’Histoire de la guerre d’Algérie. Pour sans aucun doute pérenniser la tradition et suivre pas à pas le sillon tracé par son géniteur. Tel père, telle fille. Une affaire de famille vraisemblablement. Une haine de l’étranger. De l’Algérien surtout et une nostalgie d’une Algérie sous domination française dont l’occupation s’est arrêtée un jour de mars 1962. Une date qui a marqué un des plus cuisants revers infligé à une expédition militaire autant féroce que redoutable. La torture, les enfumades, les bombardements au napalm, les exécutions sommaires…ont constitué ses fers de lance. Un arsenal militaire et psychologique, qui avait pour but de réduire les Algériens au rang de sous-hommes. La dialectique s’en est emparée et a produit tout à fait le contraire de l’effet escompté. Ces méthodes ont semé les graines de la révolte qui ont conduit à l’indépendance un peuple algérien qui s’est avéré indomptable. C’est certainement ce qui est surtout resté en travers de la gorge de Marine Le Pen.

Par