Léve la téte ou baisser la tête monsieur le président

Léve la téte ou baisser la tête monsieur le président abdelaziz bouteflika

Permettez-moi de vous exposer une situation fort préoccupante au niveau de la direction des impôts de M’sila. En effet, celle-ci a fait l’objet de plusieurs lettres ouvertes dans les quotidiens EL-CHAAB et EL YOUM, et ce, au courant de la période septembre à novembre 2000. Ces lettres, au nombre de quinze (15) ont le même style et le même contenu. Leur but apparent est d’humilier et discréditer les cadres exerçant au niveau de cette structure. Et par la même porter atteinte à la crédibilité de l’administration publique.

Le silence et l’absence de réaction officielle de la part de notre hierarchie a mis de l’huile sur le feu et le doute s’est amplifié. L’attaque sauvage a alors servi les parties vers qui le doigt est pointé et qui sont derrière la publication de ces lettres.

Devant cette situation critique, une réunion s’est tenue le 16 novembre 2000, ayant regroupé les cadres de l’administration, les membres de la section syndicale et les représentants de la confédération de bureau de M’sila. Une copie du P.V de réunion vous a été adressée. Les préoccupations essentielles qui ont été soulevées lors de cette réunion sont les suivantes:

- Etude de la situation et des problèmes vécus par les fonctionnaires de l’administration des impôts de M’sila.
- Le comportement incorrect et inhumain des vérificateurs dépéchés par l’administration centrale en vue de mener des enquêtes policières envers les responsables des services locaux.
- Etude de la situation des fonctionnaires limogés dans le cadre de cette campagne.
- Les dépassements et comportement non administratif et immoraliste du directeur des impôts.
- La diffusion d’un communiqué dans les journaux.

Par la suite, une seconde réunion générales s’est tenue le 26/11/2000, en présence du secrétaire national du syndicat ; lors de cette réunion beaucoup de problèmes créés par le directeur. Et ce, en raison du manque de tact de ce dernier, pour ne pas dire manque d’éducation. Ce qui a amené le secrétaire national à suspendre la séance pour éviter la catastrophe…

Nous, l’ensemble des cadres, nous sommes profondément touchés et totalement déçus par l’attitude adoptée jusqu’ici par notre direction générale qui n’accorde aucune importance aux évènements qui se sont passés et n’a jamais pris en charge les problèmes soulevés dernier P.V de la dernière réunion.

Le dernier déplacement de Monsieur (D.A.M)a été encore une fois une nouvelle déception pour l’ensemble du personnel, parce qu’il n’a abouti à aucun résultat qui mérite d’être souligné.

Il est important de vous signaler que l’ambiance générale ainsi que les conditions de travail au niveau de cette structure ont atteint un stade de dégradation et de pourrissement très avancé. A tel point qu’un grand nombre de cadres ont préféré la fuite et beaucoup parmi eux choisissent la décharge des postes de responsabilités où ils n’y trouvent plus aucun respect ni dignité.

Les relations de travail sur fond de malaise, de paroles impolies, dégradantes, de remarques désobligeantes, et parfois même inhumaines de la part du directeur n’incitent personne à travailler comme d’habitude. Le pire est que le directeur se comporte ainsi avec tous, sans exception. Cela va de l’agent de sécurité (ou portier) au cadre… Personne n’y échappe. Il s’emporte pour un rien, oubliant qu’il est directeur et dans une administration !!! Il se met dans tous ses états pour le plus insignifiant des motifs, ne controlant pas son langage et allant jusqu’à manquer de respect pour son interlocuteur.des impôts… Pourtant le fonctionnaire en question est réputé pour être poli, ayant du bon sens. Mais le directeur s’est adressé à lui d’une telle façon (insultes, langage grossier qu’on ne pourrait citer ici, par pudeur), et cela a dégénéré en bagarre…

Ces dépassements et les repressions émanant du directeur, par abus de pouvoir, font que l’ambiance de travail dans la direction est devenue invivable. Les conséquences sont désastreuses pour le moral des fonctionnaires et pour le travail à produire.

Devant cette situation alarmante où se débat cette administration devant l’incapacité du directeur à diriger une administration ayant l’ampleur de celle de la direction de M’sila ; et devant le silence incompréhensible de l’administration centrale, il est urgent d’agir.

Au vu de ce qui précède, nous vous demandons votre intervention auprès de qui de droit afin de trouver une solution prompte et équitable.

Par ailleurs, nous vous invitons à nous rendre visite, à la direction, afin de constater par vous-même ce qui s’y passe. Nous mettons un grand espoir en la confédération.

Avec nos remerciements anticipés, veuillez croire, monsieur le président, en l’expression de mes respects.

Laisser un commentaire