Algérie:Le temps des réformes

Algérie Libre

 

«Le ciel peut faire des dévots, le Prince fait des hypocrites». Montesquieu Il y a des symptômes qu’il est préférable de voir et d’analyser. Et lorsque des annonces sont faites par le premier magistrat du pays, qui le fait savoir ici et à nombre de visiteurs étrangers de taille, il est tout aussi préférable de les entendre, d’en tenir compte et essayer d’anticiper ou du moins de ne pas sombrer dans le pathos. L’Algérie est grosse de changement ou de moins aspire à des réformes politiques qui ne peuvent être remplacées par des gains sociaux, des augmentations de salaires et des crédits dont la plupart feront perdre un peu de temps et ne seront jamais, pour beaucoup, remboursés. M. Bouteflika, fidèle à sa démarche héritée depuis longtemps, ne se presse pas tout en allant le plus vite possible vers ce qui est, à l’évidence inéluctable, quoique disent, en se contredisant, les formations d’une majorité qui tantôt apparaît comme un parti unique, lorsqu’il s’agit de soutenir et de commenter le programme présidentiel, tantôt comme une monture à trois chevaux qui tirent chacun dans une direction ou plutôt tâtonnent au petit bonheur. Le MSP, plus «démocrate» que ses deux alliés, demande au président d’aller plus vite, d’ouvrir la pratique politique et les médias lourds, en ayant sa propre vision de l’espace et des missions des assemblées élues. Ce qui est un programme à part entière, différent des procédés et procédures de ladite alliance. Les choses se compliquent lorsque le FLN et le RND prennent, à la manière du crabe, leurs distances avec la rébellion de A. Soltani. Celui-ci ne quitte pas l’alliance et place ses cadres dans une position acrobatique dans laquelle le citoyen ne sait plus si c’est du lard ou du cochon. Le chef du RND estime que le pays ne vit aucune crise, aussi minime soit-elle d’ordre politique, mais serait partant pour des réformes, y compris une révision profonde de la Constitution. Est-ce une position «sociale» ou tout simplement politique venant d’un chef de parti et Premier ministre qui plus est? Le FLN qui a de la suite dans les idées a installé un think tank avec à sa tête Boudjemâa Haïchour, et attend de voir venir, en protégeant ce qui peut l’être, d’un passé révolu. Le président boit du petit lait et doit regarder d’un œil amusé, un tantinet moqueur, des formations qui ont la seule vocation de soutenir ses projets, se perdre en conjectures et pour certains prendre des risques, refuser une éventuelle constituante qui introduirait un facteur de rassemblement, évoquer l’identité nationale dans le style Sarkozy, ne pas traduire devant la justice «ceux qui veulent brûler l’Algérie», etc. L’administration pare au plus pressé, gère des conflits qui ne se comptent plus mais qui «arrosent» de plus en plus, des catégories qui ne se ressemblent pas mais se suivent à chaque concession qui ne règle rien sur la durée. Jamais l’Algérie n’a connu autant de mouvements sociaux, de troubles (routes coupées, APC coupées ou détruites, affrontements pour des bidonvilles, universités en ébullition…) et vu un effacement des plus retentissants de l’UGTA qui ne peut même plus jouer au pompier, devant l’ampleur des revendications, des demandes et des octrois. Si l’Algérie n’est pas condamnée à suivre les exemples tunisien, égyptien ou yéménite, parce que les populations refusent, pour la majorité, la violence, l’affrontement et éventuellement toute ingérence, il y a des réformes urgentes, profondes systémiques à réaliser dans le rassemblement le plus large. Le champ politique (pouvoir et opposition), l’ensemble des opérateurs économiques (privés et publics), les acteurs de la Culture, les ONG et les associations représentatives (à l’exclusion des appendices qui émargent, qui prouvent depuis toujours leur absolue inutilité), les personnalités politiques, industrielles et tous les experts ont du travail, beaucoup de travail. Au-delà les labels, des monopoles politiques, dans le respect de tous et des secteurs d’activité, il est tout à fait possible pour les Algériens de construire l’avenir ensemble. Un pacte national, un gros «cahier des charges», négocié en dehors de la rue, mettraient noir sur blanc, des consensus codifiés dans un calendrier. Les réformes politique, institutionnelle, agricole, industrielle, médiatique, celles de l’université, de la santé, de l’enseignement et d’autres chantiers peuvent être prises à bout de bras, dans la négociation franche et sereine, sans exclusion ni stigmatisation.

Bien entendu «un front national» qui fédère, peut être considéré comme une douce rêverie par de gros intérêts pointés si souvent par l’Exécutif, par ceux qui estiment que le pouvoir est un bien personnel, légitime qui ne saurait être objet d’une quelconque participation extérieure à l’alliance de trois, ni soumis aux règles de l’alternance, au jeu des compromis porteurs et à l’inclusion des talents, des intelligences et des compétences.

Ce qui se passe, chaque jour, dans le pays démontre indiscutablement qu’il faut de vrais changements avec les Algériens. Ces derniers, comme tous les peuples, ne demandent qu’à être informés, cultivés, politisés, éduqués, respectueux des lois et des institutions, ambitieux pour le pays et l’avenir de leurs enfants. Pour cela, il faut attaquer les maux à la racine, dès les crèches dont le nombre est ridicule, dans la légitimité et la légalité des institutions représentatives qui ne doivent rien à voir avec l’achat et la vente des postes. De vrais syndicats seraient les partenaires et le vis-à-vis responsable des pouvoirs publics pour que la rue soit une exception et non plus la règle, désormais admise. Les petites mesurettes, la perte du temps que l’on croit gagner, l’attrait forcené de la rente, l’autoritarisme, la répression et la stigmatisation des esprits libres et critiques ont démontré leur nocivité pour le pays. Il est temps de passer à autre chose, au temps des réformes.

 

 

par Abdou B.Q O

Laisser un commentaire