Que veut Guéant ?

Réponse à Guéant

Que veut Guéant ?

Le ministre français de l’Intérieur, Claude Guéant, explique que «l’accroissement du nombre de fidèles (musulmans) en France pose problème». Quelle est la prochaine étape, leur demander d’abjurer leur foi?, s’interroge Akram Belkaïd.

Il fallait s’y attendre. Impossible pour le gouvernement français et l’UMP de ne pas débiter au moins une bêtise par semaine à propos de l’islam et des musulmans de France. Cette fois encore, c’est le serial-provocateur Claude Guéant, ministre de l’Intérieur de ce qui reste de la République française, qui fait parler de lui en affirmant que «l’accroissement du nombre de fidèles (musulmans) et un certain nombre de comportements posent problème». Et d’ajouter, alors qu’il était en déplacement à Nantes, qu’en 1905 —date à laquelle fut votée la loi de séparation entre l’église et l’Etat— «il y avait très peu de musulmans en France» alors qu’il y en aurait «entre 5 et 10 millions» aujourd’hui.

On ne peut être plus clair: l’augmentation du nombre de musulmans en France est donc un problème pour Claude Guéant. Une dénonciation qui fait écho à celle du président Nicolas Sarkozy qui s’était élevé en novembre 2007 contre «le trop grand nombre de musulmans en Europe». Une sortie que le journaliste Jean Quatremer avait rapportée sur son blog sans que, d’ailleurs, cela n’émeuve paersonne dans l’Hexagone.

Commençons d’abord par relever qu’en 1905, l’Algérie faisant partie intégrante de la France, il y avait donc déjà un nombre important de fidèles musulmans sur le sol français —mais soit, passons… Cette sortie du ministre de l’Intérieur prouve d’abord une chose: en France, on peut désormais dire tout et n’importe quoi sur les musulmans. Terminé le temps des faux semblants, de la prudence oratoire et des circonvolutions sournoises; il suffit de dire les choses comme on pense. Il y a trop de musulmans: point à la ligne. Mais qu’en pensent les fidèles musulmans encartés à l’UMP? Jusqu’à quand vont-ils continuer d’avaler des couleuvres au sein d’une formation politique qui semble décidée à braconner à l’excès sur les terres du Front national?

 

Un acte hostile : Trop c’est trop!


Les ministres français et italien de l’intérieur, Guéant et Moroni, ont annoncé ce vendredi 8 avril avoir conclu un accord pour envoyer des patrouilles aériennes et navales « au large des côtes tunisiennes » afin d’ empêcher l’arrivée en Europe d’émigrés tunisiens ou d’autres pays africains.

Outre leur participation à l’intervention militaire en Libye, les gouvernements de Sarkozy et de Berlusconi, confrontés à des difficultés intérieures, affichent leur penchant pour la politique de la canonnière et leur nouveau rôle de  « gendarme » ou de « cow- boy » de la Méditerranée , en dehors de tout mandat ou de feu vert des opinions publiques des pays concernés et en contradiction totale avec leurs déclarations grandiloquentes sur les droits de l’Homme.

Pourtant, il existe des voies autres que celle du bellicisme pour endiguer les tentatives de départ des jeunes Tunisiens vers l’Europe:

-  Sarkozy et Berlusconi ne pourraient-ils pas agir auprès des banques européennes pour qu’elles remettent au Trésor Public tunisien les milliards de dollars que Ben Ali et consorts ont placés en Suisse, en France, en Belgique et ailleurs?

- Sarkozy et Berlusconi ne pourraient-ils pas acceder à la demande de moratoire sur la dette tunisienne formulée par les euro-députés Marie-Christine Vergiat et Gabi Zimmer? Ceci sans parler de l’annulation pure et simple de la dette tunisienne (en grande partie remboursée)  qui, mise au service du pillage, n’a servi en rien le développement des zones enclavées d’où est partie la Révolution de la Liberté et de la Dignité.

La Tunisie révolutionnaire veut maintenir des relations amicales  avec les peuples d’Europe dans l’intérêt partagé des deux parties, mais on doit savoir qu’ elle veillera jalousement sur la souveraineté du pays.

par_LMT

 

Laisser un commentaire