Archive pour mars, 2011

Ali Benhadj est un délinquant politique.

8 mars, 2011

Comment l’orphelin tunisien Ali «SNP» est-il devenu Ali Benhadj?

Ali Benhadj est un délinquant politique. Comme ceux qui ont pris le pouvoir par la force des armes en 62 et 65, Ali est entré par effraction dans les arcanes des décideurs, par la force de la rue le 5 octobre 1988. Pendant 7 ans, de 1988 à 1995, il fut un interlocuteur craint et privilégié par un pouvoir divisé et dépassé par les événements. Même en prison, les généraux ont continué à négocier avec lui.

Ali Benhadj est un délinquant politique. dans politique alibenhadj

C’est donc en grande partie à cause de ses rendez-vous manqués avec l’Histoire que le pays a raté le tournant démocratique et fait un bond de plus de 40 ans en arrière. L’Algérie profonde a replongé dans l’allégeance populiste et la soumission stérile au candidat unique. 

Depuis sa libération en 2003, après avoir purgé douze ans de prison, tout le monde a remarqué l’isolement médiatique et politique de Benhadj, en particulier dans le camp islamiste. Il ne peut plus se déplacer sans garde du corps de peur d’être lynché et molesté par d’anciens compagnons qui ont payé très cher ses errements. 

Au moment où l’Algérie authentique doit se ressourcer pour se reconstruire politiquement, il est temps que l’opinion publique sache comment et pourquoi Ali Benhadj a tué l’islamisme politique et contribué au chaos sanglant par son comportement suicidaire et insurrectionnel. 

Une bête de scène 

Ali Benhadj est le Michael Jackson du prêche islamiste, ni blanc, ni noir, mince et longiligne, une gestuelle saccadée et une présence scénique phénoménale. Par la force du verbe qui soulève les foules, il surclasse tous les prédicateurs. Le seul qui pouvait le concurrencer était Mahfoud Nahnah. Mais ses discours modérateurs et conciliants n’avaient pas prise sur une jeunesse citadine avide de violence et de règlements de comptes. Nahnah et Abdallah Djaballah, instruits par leur propre expérience et celle de l’affaire Bouyali, marquèrent leur désaccord avec la «délinquance» d’Ali avant même le lancement du FIS. 

Lors du conclave islamiste qui devait décider de la marche à suivre après plusieurs années de militantisme clandestin, le jeune Benhadj, âgé de 32 ans, a bousculé toute la hiérarchie alors que son niveau intellectuel est moyen et ses connaissances théologiques très limitées. Son rôle fut déterminant dans la création du FIS le 10 mars 1989 à la mosquée Ben Badis de Kouba où il s’imposa comme vice-président derrière Abassi Madani, piètre orateur, qui croyait pouvoir dompter le fougueux prédicateur dont il avait besoin pour galvaniser les foules. Dans les meetings, après quelques interventions des membres du majliss, Abassi ne prononçait que quelques mots en guise d’introduction au prêche enflammé d’Ali qui clôturait dans un délire incantatoire. Elevé dans les quartiers populaires d’Alger, Ali était doté de toute la panoplie verbale et gestuelle du «houmiste». Il savait utiliser le langage de la sous-culture urbaine pour la catalyser en violence politique. 

La quintessence de son discours se réduisait au simplisme naïf du petit caïd de quartier qui veut prendre la place des grands caïds qui dirigent le syndicat du crime. Dans un prêche mémorable diffusé et parodié sur dailymotion, il résume le fond de la pensée du délinquant politique: «ils nous font peur avec leurs kalachnikov ? Et bien nous aussi, nous pouvons utiliser des kalachnikov». C’est ainsi que les discours d’Ali ont créé les germes du terrorisme brutal qui a ensanglanté l’Algérie. (1) 

Le rendez-vous manqué de Juin 1991 

Le fulgurant succès électoral du FIS n’est pas le fruit du seul discours de Benhadj dont l’aura se limitait aux jeunes de la capitale. Mais pour un pouvoir aux abois qui n’avait plus le temps de comprendre les ressorts profonds qui animaient la société après tant d’années de parti unique et de répression, les chefs du FIS s’imposaient soudain comme des interlocuteurs avec lesquels il fallait négocier en urgence. La déliquescence du FLN et la marginalisation des démocrates avaient dénudé le pouvoir militaire qui ne disposait plus d’intermédiaire ni de décodeur politique. Après la victoire du FIS aux municipales en été 1990, les palabres ont commencé pour adapter le mode de gouvernance du pays à un partage des responsabilités avec les islamistes. D’abord à l’échelon des wilayas avec les APC FIS, puis à l’échelle du gouvernement. 

Le président Chadli Bendjedid, qui maîtrisait encore l’armée se tenait prêt à cette éventualité et avait mandaté le Chef du gouvernement Mouloud Hamrouche et le DRS. Alors que le FIS durcissait son discours contre la modification de la loi électorale, des négociations secrètes furent entamées les mois d’avril et mai 1991. (2) 

Il y eut au moins trois rencontres entre Abassi et Benhadj d’une part et Hamrouche et le général Smain Lamari, n°2 du DRS, d’autre part. L’objectif de ces entretiens qui se déroulaient dans une villa du côté de Zeralda était de préparer la nouvelle configuration gouvernementale en cas de victoire très probable du FIS aux élections législatives prévues en juin 91. Les négociations avaient pour objet le partage des portefeuilles ministériels et les fameuses «lignes rouges» à ne pas dépasser. L’armée consentait à respecter la victoire électorale du FIS mais demeurait gardienne de la Constitution et ne voulait pas transiger sur les ministères de souveraineté.  La prétention et la suffisance insurrectionnelle de Benhadj firent capoter les discussions.

Exalté et enivré par son succès populaire, il lança précipitamment avec Abassi l’appel à la grève générale. Les luttes de clans, le coup de poker de Hamrouche et le jeu de coulisses de Kasdi Merbah, qui voulaient pousser Chadli à la démission pour prendre sa place, sont aussi en partie responsables de la dégradation de la situation. Le 3 juin 1991, Hamrouche fut contraint de démissionner et les places publiques furent prises d’assaut par l’armée qui tira sur les manifestants. Abassi Madani fut arrêté en compagnie de 5 membres du majliss echoura. Puis ce fut le tour de Benhadj le 29 juin. 

Le jusqu’au-boutisme d’Ali a non seulement fait rater une chance historique et pacifique d’accession des islamistes au pouvoir, mais c’est à ce moment là que Chadli a perdu le contrôle de l’armée en nommant Khaled Nezzar au poste de ministre de la Défense. Ce fut le prélude au coup d’Etat du 12 janvier 92, la proclamation de l’état d’urgence le 9 février et l’interdiction du FIS le 4 mars. 

Le rendez-vous manqué avec Zeroual 

Le contre feu islamiste à la répression fut terrible et imprévisible pour les sphères du pouvoir. Le trop plein de rancœur populaire explosait dans le fracas des armes et des attentats. Les désertions se multipliaient. L’état-major de l’armée fut soumis à une terrible pression interne et internationale qui a abouti au remplacement de Khaled Nezzar par le général Liamine Zeroual à la tête du ministère de la Défense en été 1993 avec pour mission de mettre fin coûte que coûte à ce qu’il est convenu d’appeler une «guerre civile». 

C’est à ce moment qu’Ali Benhadj si vit offrir une nouvelle chance historique et inespérée.

Avant d’être intronisé président de l’Etat en janvier 1994, Zeroual décida d’engager directement des négociations avec les leaders du FIS à qui il rendit visite à l’intérieur même de la prison militaire de Blida. Cette initiative suscita de terribles remous dans les états-majors de l’armée et du DRS et faillit coûter la vie à Zeroual. Malgré la désapprobation de ses pairs, il persista dans sa vision dialoguiste. Pour prouver sa bonne foi, il octroya aux détenus une semi-liberté en les transférant à la résidence luxueuse de  Djenane Al Mithaq. Puis il gracia et libéra cinq membres du majliss, des seconds couteaux condamnés quasiment par erreur (Mohamed Boukhemkhem, Ali Djeddi, Djamel Guemazi, Abdelkader Omar, Nourredine Chigara). Ils continuèrent à participer aux discussions tout en étant libres. Les négociations laborieuses mais bon enfant étaient menées par le général Mohamed Betchine, accompagné du général Tayeb Derradji, commandant de la gendarmerie nationale et Ahmed Ouyahia, chef de cabinet de Zeroual. (2) 

Le deal de Zeroual était d’une candeur à faire pleurer de rage aujourd’hui. Il demandait tout simplement aux chefs «historiques» du FIS de signer une lettre d’appel à l’arrêt de la violence pour ôter toute couverture politique au terrorisme. En contrepartie de quoi, il gracierait Abassi et Benhadj, garantirait le retour du FIS et organiserait de nouvelles élections. Devant une telle proposition inespérée de retour à juin 91, tous les chefs du FIS étaient enthousiastes pour signer la lettre qu’ils avaient rédigée…

Tous sauf Ali Benhadj, dont cette dernière et ultime intransigeance est à l’origine de la sentence zeroualienne : «Le dossier du FIS est clos!» 

Benhadj fut séparé de Abassi Madani, transféré à Tamanrasset et détenu au secret et à l’isolement. Il fit une nouvelle victime puisque la fuite de cette information «secrète» a valu au correspondant de l’APS, trois ans de prison. Puis il transita par les prisons de Blida et Tizi-Ouzou jusqu’à sa libération le 2 juillet 2003 après avoir purgé la totalité de sa peine. 

Après l’élection de Zeroual en novembre 95, le pouvoir a mis en œuvre un plan B qui a abouti en 1997 à l’intégration des islamistes modérés de Hamas au gouvernement et dans les assemblées élues, et la négociation directe avec l’AIS et les groupes armés pour la trêve, la réconciliation et l’amnistie. 

Ali «SNP» ne s’appelle pas Benhadj 

La question cruciale est de savoir d’où vient cette personnalité étrange et tourmentée d’Ali Benhadj. Il suffisait de fouiller son passé pour le comprendre. (3) 

En réalité, Ali ne s’appelle pas Benhadj, mais SNP, c’est-à-dire «sans nom patronymique». C’est au hasard de plusieurs transcriptions hasardeuses d’état-civil qu’Ali et ses deux frères se font appeler «Benhadj». Selon certains documents, leur père SNP Mohamed ben hadj Lahbib ben hadj Abdallah, serait originaire du Touat et né à Oran présumé en 1928. Si c’est vraiment le cas, on peut en conclure qu’il est d’origine marocaine. En effet, l’administration coloniale, qui donnait arbitrairement des noms de famille aux algériens, affublait de SNP (sans nom patronymique) les étrangers «indigènes», c’est-à-dire les marocains et tunisiens qui vivaient en Algérie. C’était un signe distinctif qui permettait de les identifier. Par la suite, le nouveau code de la nationalité algérienne de 1963 empêcha les nommés SNP d’être reconnus légalement comme algériens. 

Selon d’autres documents, le père d’Ali serait né en Tunisie en 1927 et travaillait comme docker au port de Tunis. Il épousa une tunisienne, SNP également, nommée Kheira Latifa bent Hassen, née à Tunis en 1933. Ils eurent 3 enfants tous nés à Tunis: Habib, actuellement avocat à Alger né le 15/12/55 ; Ali né le 16/12/56 et Abdelhamid, sans profession né le 3/7/59. Le père d’Ali serait décédé en 1961 sans que l’on connaisse l’origine exacte du décès alors qu’en mai 60, il travaillait encore comme docker. Rien ne prouve qu’il fut moudjahid ou chahid. Leur grand-père SNP Hassen ben Mohamed ben Abdallah les prit en charge et les fit entrer en Algérie grâce à un laissez-passer délivré par la mission FLN de Tunis en 1963. Il monta différents dossiers pour obtenir le statut de chahid et membre de l’ALN pour leur père. (4) 

Leur mère décéda le 16/8/1966 à l’âge de 33 ans et Ali se retrouva donc orphelin à 10 ans, élevé par son grand-père tunisien qui se démena pour élever ses trois petits-enfants à Diar Es Semch avec leur maigre pension de pupilles de la Nation. (5) 

Selon d’autres sources, ce serait Mustapha Bouyali, en poste à l’APC d’El Achour, dont Ali était un adepte et un complice, qui aurait établi des papiers d’identité aux trois frères au nom de Benhadj, c’est-à-dire des faux. 

C’est justement parce qu’ils sont incapables de fournir des extraits de naissance d’origine, ni celui de leur père et grand-père qu’Ali, ses frères et leurs enfants ne peuvent obtenir de passeport, encore moins de certificat de nationalité algérienne. 

L’orphelin tunisien Ali SNP a donc eu une enfance difficile et tourmentée. Il n’a aucun repère familial, tribal, régional ou national et n’évoque jamais ses origines réelles. C’est sans doute pour ces raisons qu’il s’est réfugié corps et âme dans le Coran, son seul et unique repère. 

Les négociateurs de l’Etat connaissaient-ils l’identité réelle et le parcours d’Ali SNP quand ils discutaient avec lui le partage du pouvoir ? Dans un pays où on continue d’ignorer les origines et le passé de nombreux dirigeants, il est permis d’en douter. 

Quant aux démocrates, trop occupés à se regarder le nombril et se crêper le chignon, ils n’ont toujours pas compris comment un orphelin tunisien a pulvérisé l’islamisme politique algérien et leur a tracé un boulevard vers la prise du pouvoir. 

Saâd Lounès 

22 avril 2009

(1)   http://www.dailymotion.com/relevance/search/ali+benhadj/video/x4auif_algerie-islamique2_politics 

(2)   Avec les journaux Simsar (90-92) et El Ouma (94-95), nos sources islamistes nous informaient du déroulement des négociations 

(3)   Les informations suivantes sont extraites de divers documents remis par un proche de Ali 

(4)   Demande d’attestation de chahid

Demande d’attestation de chahid

(5)   Acte de tutorat du grand-père

Acte de tutorat du grand-père

Barack Hussein Obama, le nouveau prophète

8 mars, 2011

Barack Hussein Obama, le nouveau prophète

Barak Hussein Obama est-il le prophète de la libération du monde arabe et de l’Afrique ? Face à la montée des tensions en Côte d’Ivoire, Tunisie, Egypte, les discours d’Obama ne sont plus de l’ingérence, ni de l’interventionnisme, mais de l’assistance à des peuples en danger. Une vaste opération d’exorcisme pour chasser les fantômes du colonialisme. Ces vieux démons qui ressemblent à leurs concitoyens, mais ne sont en fait que la réincarnation des colons et des esclavagistes.

Barack Hussein Obama, le nouveau prophète dans politique obamaautchaden2006

Le démon tunisien Benali est parti, tandis que les démons ivoiriens Gbagbo et égyptien Moubarek résistent. Mais leurs jours sont désormais comptés comme tous ceux de leurs congénères. 

C’est bien Obama qui a menacé les militaires ivoiriens, tunisiens et égyptiens s’ils faisaient usage de leurs armes contre les peuples en colère. C’est bien lui qui a enclenché l’opération de communication de la CIA intitulée «Révélations Wikileaks», pour dévoiler la déliquescence et l’absurdité des régimes totalitaires, la corruption et la sénilité de leurs dirigeants. 

Le positionnement américain en faveur des révolutions, des insurrections, des coups d’Etat, des changements de régime, pour la démocratisation et la citoyenneté n’est pas nouveau, ni conjoncturel. Il remonte loin dans le temps. 

Obama s’inscrit dans cette lignée. Il a anticipé et encouragé un nouvel accompagnement à la volonté de liberté des africains trop longtemps opprimés et compressés par des pouvoirs totalitaires. 

L’Amérique libératrice des peuples opprimés a eu plusieurs visages, plus ou moins sanglants, plus ou moins compréhensibles ou répréhensibles. Que ce soit en Europe, Asie ou Amérique latine, “l’impérialisme américain” accepté ou imposé a généré des démocraties et de nouvelles puissances économiques, comme ce fut le cas de l’Allemagne, Japon, Corée du sud, etc… 

Tel un prophète annonciateur de bonnes nouvelles, Barak Obama a tenu quatre discours messianiques qui sonnent comme autant de sermons, de drashoth, de fetwas (Berlin, Chicago, Le Caire, Accra). 

Dans celui de Berlin, durant sa campagne électorale, le 24 juillet 2008, il donne le ton.

En Amérique dit-il, «Nous n’avons jamais fait allégeance à une quelconque tribu ou un quelconque royaume… Ce qui nous a toujours unis, ce qui a toujours fait avancer notre peuple, ce qui a conduit mon père sur les rivages de l’Amérique, est un ensemble d’idéaux qui parlent aux aspirations partagées par tous. On peut vivre à l’abri de la peur et à l’abri du besoin. On peut dire ce qu’on pense, se réunir avec qui on veut et prier comme on l’entend.» 

Son slogan fétiche «Yes We Can» a largement dépassé les frontières des Etats-Unis pour déferler sur la planète Terre. 

Les rêves des parents d’Obama 

Le président afro-américain Barack Hussein Obama est, bien malgré lui, une synthèse religieuse et géographique, un condensé de métissage et de melting pot américain, un brassage d’éducation multiple. 

Son père, Barack Obama Senior, est un kenyan noir d’une famille islamo-chrétienne, mais devint athée. Il se maria quatre fois et donna sept autres frères et sœurs à son fils. 

Sa mère, Anne Dunham, bohème et baba cool, est une américaine blanche judéo-chrétienne née au Kansas, devenue agnostique. Pour l’historien conspirationniste, Henry Makow, point de doute, la mère d’Obama a des racines judaïques. 

C’est à l’université d’Honolulu, dans l’État d’Hawaï, que les parents d’Obama Junior se sont connus, mariés et lui donnèrent naissance le 4 août 1961. Ils ne vivront que deux ans ensemble. 

En août 1963, son père est accepté à l’Université Harvard mais part seul pour le Massachusetts. Le divorce sera prononcé en janvier 1964. 

Ann Dunham s’est remariée en 1965 avec un étudiant Indonésien, et le rejoignit avec son fils à Jakarta en 1967, où Barack va passer quatre ans. Il y fréquente une école catholique, une école publique et une école coranique. Il étudie la religion javanaise de son beau-père, et aurait pratiqué l’Islam. Sa demi-sœur, Maya, est née en Indonésie. 

A l’âge de 10 ans, en 1971, sa mère le fait revenir à Hawaï d’où il ne quittera plus sa grand-mère maternelle.

Ann Dunham était «idéaliste et exigeante». Docteur en anthropologue, elle fut responsable d’un programme d’aide aux femmes pauvres par le système de micro crédit indonésien. Elle meurt d’un cancer à Hawaii à 52 ans le 7 novembre 1995. 

Diplômé en économie en 1965, le père de Barack Obama repart au Kenya où il fonde une nouvelle famille. D’abord homme en vue proche du gouvernement, il devint opposant. Limogé et boycotté, il sombre dans la pauvreté et l’alcoolisme avant de se tuer dans un accident de voiture en 1982.

Son fils ne l’aura revu qu’une fois, à l’âge de 10 ans, lors d’un séjour à Hawaï en 1972. 

Barack Obama sera doublement et profondément marqué par la mort de son père et de sa mère. Il jura de consacrer sa vie à la réalisation de leurs rêves. Il a raconté son enfance et sa jeunesse dans son autobiographie Les rêves de mon père, publiée en 2008. 

Sa carrière a été fulgurante, irrésistible, comme balisée, écrite pour atteindre les sommets.

Après avoir été travailleur social, «organisateur de communauté» à Chicago durant les années 1980, Obama prêta serment comme sénateur le 4 janvier 2005 devenant le seul homme de couleur à siéger au Sénat, et le cinquième de l’histoire. 

Il a été élu, le 4 novembre 2008, 44e président des États-Unis d’Amérique sous les regards admiratifs de tous les laissés pour compte de la planète. Il prend sa fonction le 20 janvier 2009, et reçoit le prix Nobel de la paix, le 9 octobre 2009. 

Barack Obama est considéré comme un homme politique pragmatique, adepte du compromis, partisan de la realpolitik. 

Le discours de Berlin pour les Européens 

Avant même son élection, Barack Obama a tenu son premier discours classé historique à Berlin, le 24 juillet 2008. D’une force prophétique, il annonce les événements en cours en Afrique. 

«Peuples du monde, regardez Berlin où un mur est tombé, où un continent s’est rassemblé, et où l’histoire a prouvé qu’il n’est pas de défi trop grand pour un monde qui reste uni… Alors que le XXe siècle nous a appris que nous partageons un destin commun, le XXIe a révélé un monde plus interdépendant qu’à n’importe quelle époque de l’histoire… 

L’association et la coopération entre les nations ne sont pas un choix. C’est la voie, la seule voie, pour protéger notre sécurité commune et faire progresser notre humanité commune. C’est pourquoi le plus grand de tous les dangers serait de permettre à de nouveaux murs de nous diviser. Les murs entre de vieux alliés, de chaque côté de l’Atlantique, ne peuvent pas durer. Les murs entre les pays qui ont le plus et ceux qui ont le moins ne peuvent pas durer. Les murs entre les races et les tribus ; entre les autochtones et les immigrés ; entre les chrétiens, les musulmans et les juifs ne peuvent pas durer. Ce sont les murs qu’il nous faut maintenant faire tomber… 

Les murs ne sont pas seulement tombés à Berlin, mais ils sont tombés à Belfast où les protestants et les catholiques ont réussi à vivre ensemble ; dans les Balkans où notre alliance atlantique a fait cesser les guerres et traduit les criminels de guerre barbares devant la justice ; et en Afrique du Sud où la lutte d’un peuple courageux a vaincu l’Apartheid.  Maintenant, il est temps de construire de nouveaux ponts à travers le monde, aussi solides que celui qui nous a réunis à travers l’Atlantique. Maintenant, il est temps de se rejoindre, à travers une coopération constante, des institutions fortes, un sacrifice partagé et un engagement global vers le progrès, pour faire face aux défis du XXIe siècle… 

Le moment est venu où nous devons vaincre le terrorisme et assécher le puits de l’extrémisme qui l’alimente… Si nous avons pu gagner la bataille des idées contre les communistes, nous pouvons nous associer à la grande majorité des musulmans qui rejette l’extrémisme, porteur de haine et non d’espoir.  Maintenant que le mur est tombé, nous ne devons pas rester inertes et observer tranquillement la dispersion de l’atome mortel. Il est temps de sécuriser tout le matériel nucléaire ; de réduire les arsenaux d’un autre âge. Le moment est venu de commencer à travailler pour chercher la paix d’un monde sans armes nucléaires. Le moment est venu de construire à partir des richesses créées par l’ouverture des marchés et répartir ses bénéfices plus équitablement….

Le temps est venu d’une économie libre et juste pour tous.  Le moment est venu de nous rassembler pour sauver cette planète… Le moment est venu de rendre à nos enfants leur futur. Le moment est venu de s’unir… Et le moment est venu de donner espoir à ceux que la mondialisation a laissés en chemin. Nous devons nous rappeler que la Guerre Froide, née dans cette ville, n’était pas une bataille pour un territoire ou un trésor. Maintenant, le monde va regarder et se rappeler ce que nous faisons ici – ce que nous faisons de ce moment.

Allons-nous tendre la main aux gens qui vivent dans les recoins oubliés du monde, qui aspirent à une vie digne où ils ont une chance ; à la sécurité et à la justice ? Sauverons-nous l’enfant du Bangladesh de la pauvreté, abriterons-nous le réfugié au Tchad, éradiquerons nous le fléau du SIDA au cours de notre vie ? Défendrons-nous les droits de l’homme du dissident en Birmanie, ceux du bloggeur en Iran ou de l’électeur au Zimbabwe ? Donnerons-nous un sens aux mots « jamais plus » au Darfour ? Reconnaîtrons-nous qu’il n’y a pas d’exemple puis puissant que celui que chacune de nos nations projette au monde ? Rejetterons-nous la torture et resterons-nous dans les limites de la loi. Accueillerons-nous les immigrés d’horizons divers et éviterons-nous les discriminations envers ceux qui ne nous ressemblent pas, qui ne prient pas comme nous et tiendrons-nous la promesse de l’égalité des chances pour tous ? Peuple de Berlin – peuples du monde – le moment est venu, notre heure est venue.» 

Le triomphe de l’espérance sur la peur 

Après sa victoire, Barack Obama a prononcé son discours de la victoire, à Chicago le 4 novembre 2008, devant les téléspectateurs du monde entier. 

«Si quiconque ici doute encore que l’Amérique soit le lieu où tout est possible, se demande encore si le rêve de nos Pères Fondateurs vit toujours à notre époque, ou s’interroge encore sur la vitalité de notre démocratie, cette soirée lui donne la réponse.  C’est une réponse qui s’est écrite dans les files d’attentes qui se sont formées autour des écoles et des églises – les plus nombreuses que cette nation ait jamais vu – où des gens ont attendu trois ou quatre heures, pour beaucoup pour la première fois de leur vie, parce qu’ils croyaient que cette fois devait être différente, que leur voix ferait cette différence… 

Et à tous ceux qui suivent ce soir au-delà de nos frontières, dans les parlements et les palais, à ceux qui sont regroupés autour de radios dans les coins oubliés du monde : nos histoires sont différentes, mais notre destin est partagé, et une nouvelle aube du leadership américain est à portée de main… A ceux qui cherchent la paix et la sécurité : nous vous soutenons. Et à tous ceux qui se demandent si le phare de l’Amérique est toujours aussi brillant : ce soir, nous avons prouvé une fois de plus que la véritable force de notre nation ne vient pas de la puissance de nos armes ou l’ampleur de notre richesse, mais du pouvoir durable de nos idéaux : la démocratie, la liberté, l’opportunité offerte à chacun et l’espoir inébranlable… 

Un homme s’est posé sur la lune, un mur est tombé à Berlin, le monde a été relié grâce à notre imagination et notre science… Et là où nous rencontrerons le cynisme et les doutes et ceux qui nous disent que nous ne pouvons pas, nous répondrons avec cette foi éternelle qui résume l’esprit d’un peuple : Oui, nous pouvons.» 

Le discours du Caire pour les Musulmans 

Le 4 juin 2009, Barack Hussein Obama s’est adressé aux musulmans dans le fameux discours du Caire. 

« Je suis venu ici au Caire en quête d’un nouveau départ pour les États-Unis et les musulmans du monde entier, un départ fondé sur l’intérêt mutuel et le respect mutuel, et reposant sur la proposition vraie que l’Amérique et l’islam ne s’excluent pas et qu’ils n’ont pas lieu de se faire concurrence. Bien au contraire, l’Amérique et l’islam se recoupent et se nourrissent de principes communs, à savoir la justice et le progrès, la tolérance et la dignité de chaque être humain…. 

Je suis chrétien, mais mon père était issu d’une famille kényane qui compte des générations de musulmans. Enfant, j’ai passé plusieurs années en Indonésie où j’ai entendu l’appel à la prière (azan) à l’aube et au crépuscule. Jeune homme, j’ai travaillé dans des quartiers de Chicago où j’ai côtoyé beaucoup de gens qui trouvaient la dignité et la paix dans leur foi musulmane….  Depuis notre fondation, les musulmans américains enrichissent les États-Unis. Ils ont combattu dans nos guerres, servi le gouvernement, pris la défense des droits civils, créé des entreprises, enseigné dans nos universités, brillé dans le domaine des sports, remporté des prix Nobel, construit notre plus haut immeuble et allumé le flambeau olympique. 

Les États-Unis représentent l’une des plus grandes sources de progrès que le monde ait connues. Nous sommes nés d’une révolution contre un empire ; nous sommes fondés sur l’idéal de l’égalité de tous et nous avons versé notre sang et combattu pendant des siècles pour donner un sens à ces mots – sur notre territoire et à travers le monde. Le doute n’est pas permis : l’islam fait bel et bien partie de l’Amérique…

À Ankara, j’ai fait clairement savoir que l’Amérique n’est pas – et ne sera jamais – en guerre contre l’islam.  Vivre ensemble dans le monde, voilà ce que cela signifie au XXIe siècle. C’est la responsabilité que nous avons les uns envers les autres en tant qu’êtres humains. Thomas Jefferson disait: « J’espère que notre sagesse grandira avec notre puissance et qu’elle nous enseignera que moins nous utiliserons cette dernière, plus elle fera de l’effet. » 

Aujourd’hui, l’Amérique possède une double responsabilité : aider l’Irak à se forger un avenir meilleur et laisser l’Irak aux Irakiens. J’ai fait clairement savoir au peuple irakien  que nous ne cherchons nullement à établir des bases en Irak ni à revendiquer son territoire ou ses ressources. La souveraineté de l’Irak appartient à l’Irak… 

Les Noirs en Amérique ont souffert du fouet quand ils étaient esclaves et de l’humiliation de la ségrégation. Mais ce ne fut pas la violence qui leur a finalement permis d’obtenir l’égalité des droits dans son intégrité. Ce fut la persévérance ferme et pacifique pour les idéaux au coeur même de la création de l’Amérique. Cette même histoire peut être racontée par des peuples de l’Afrique du sud à l’Asie du sud ; de l’Europe de l’est à l’Indonésie. C’est une histoire avec une simple vérité : la violence ne mène nulle part… 

Tous les peuples aspirent à certaines choses : la possibilité de s’exprimer et d’avoir une voix dans la façon dont ils sont gouvernés ; la confiance en l’État de droit et l’application équitable de la justice ; un gouvernement qui est transparent et qui ne vole pas ce qui appartient à son peuple ; la liberté de vivre selon leur choix. Il ne s’agit pas simplement d’idéaux américains, il s’agit des droits de l’homme et c’est pourquoi nous les encouragerons dans le monde entier … 

Le gouvernement du peuple et par le peuple est le seul étalon par lequel on mesure tous ceux qui sont au pouvoir : il faut conserver le pouvoir par le consentement du peuple et non la coercition ; il faut respecter les droits des minorités et participer, dans un esprit de tolérance et de compromis ; il faut mettre les intérêts du peuple et le déroulement légitime du processus politique avant ceux de son parti. Sans ces ingrédients, les élections ne créent pas une vraie démocratie à elles seules… 

Le développement et la tradition ne sont pas nécessairement contradictoires. Des pays comme le Japon et la Corée du Sud ont connu une prodigieuse croissance économique tout en conservant leur culture distincte. Il en va de même pour les progrès remarquables au sein de pays à majorité musulmane, de Kuala Lumpur à Dubaï… 

Je sais qu’un grand nombre de gens -musulmans et non musulmans- se demandent si nous arriverons vraiment à prendre ce nouveau départ. Certains veulent attiser les flammes de la division et entraver le progrès. Certains suggèrent que ça ne vaut pas la peine ; ils avancent qu’il y aura fatalement des désaccords et que les civilisations finissent toujours par s’affronter. Beaucoup plus ont tout simplement des doutes. Il y a tellement de peur, tellement de méfiance qui se sont accumulées avec les ans. Mais si nous choisissons de nous laisser enchaîner par le passé, nous n’irons jamais de l’avant. Je veux particulièrement le déclarer aux jeunes de toutes les fois et de tous les pays, plus que quiconque, vous avez la possibilité de ré imaginer le monde, de refaire le monde… 

Nous partageons tous cette planète pendant un court instant. À nous de décider si nous passons ce temps à nous concentrer sur ce qui nous sépare ou si nous nous engageons à faire ce qu’il faut -de façon soutenue- pour trouver un terrain d’entente, pour nous concentrer sur l’avenir que nous désirons pour nos enfants, et pour respecter la dignité de tous les êtres humains. Les habitants du monde peuvent cohabiter en paix. Nous savons que telle est la vision de Dieu. C’est maintenant notre tâche sur cette Terre.» 

Le discours d’Accra pour les Africains 

Le 11 juillet 2009, Barack Hussein Obama s’est adressé aux africains dans le discours d’Accra au Ghana. 

«Le XXIe siècle sera influencé par ce qui se passera non seulement à Rome ou à Moscou ou à Washington, mais aussi à Accra. C’est la simple vérité d’une époque où nos connexions font disparaître les frontières entre les peuples.  Je ne considère donc pas les pays et les peuples d’Afrique comme un monde à part ; je considère l’Afrique comme une partie fondamentale de notre monde interconnecté, mon grand-père était cuisinier chez des Britanniques au Kénya, et bien qu’il fût un ancien respecté dans son village, ses employeurs l’ont appelé «boy» pendant la plus grande partie de sa vie…

Durant sa vie, le colonialisme n’était pas simplement la création de frontières artificielles ou de termes de l’échange inéquitables; c’était quelque chose que l’on éprouvait dans sa vie personnelle jour après jour, année après année.  Mon père a grandi dans un tout petit village où il gardait des chèvres, à une distance impossible des universités américaines où il irait faire des études. Il est devenu adulte à un moment de promesse extraordinaire pour l’Afrique. Les luttes de la génération de son propre père ont donné naissance à de nouveaux États…

Dans de nombreux pays, l’espoir de la génération de mon père a cédé la place au cynisme, voire au désespoir… Il est vrai qu’une carte coloniale qui n’avait guère de sens a contribué à susciter des conflits, et l’Occident a souvent traité avec l’Afrique avec condescendance, à la quête de ressources plutôt qu’en partenaire. C’est pourquoi je suis convaincu que la période actuelle est tout aussi prometteuse pour le Ghana et pour l’Afrique que celle pendant laquelle mon père est devenu adulte et que de nouveaux États sont apparus. C’est une nouvelle période de grande promesse. 

Seulement cette fois-ci, nous avons appris que ce ne seront pas de grandes personnalités telles que Nkrumah et Kenyatta qui décideront du destin de l’Afrique. Ce sera vous, les hommes et les femmes du Parlement ghanéen et le peuple que vous représentez. Ce seront les jeunes, débordant de talent, d’énergie et d’espoir, qui pourront revendiquer l’avenir que tant de personnes des générations précédentes n’ont jamais réalisé. 

En ce XXIe siècle, des institutions capables, fiables et transparentes sont la clé du succès – des parlements puissants et des forces de police honnêtes ; des juges et des journalistes indépendants ; un secteur privé et une société civile florissants, ainsi qu’une presse indépendante. Tels sont les éléments qui donnent vie à la démocratie, parce que c’est ce qui compte dans la vie quotidienne des gens. Alors ne vous y trompez pas : l’histoire est du côté de ces courageux Africains, et non dans le camp de ceux qui se servent de coups d’État ou qui modifient les constitutions pour rester au pouvoir. L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, mais de fortes institutions. 

En outre, je tiens à le dire clairement : notre Commandement pour l’Afrique ne vise pas à prendre pied sur le continent, mais à relever ces défis communs afin de renforcer la sécurité des États-Unis, de l’Afrique et du reste du monde.  L’avenir de l’Afrique appartient aux Africains. Les peuples d’Afrique sont prêts à revendiquer cet avenir.

Dans mon pays, les Afro-américains -dont un grand nombre d’immigrés récents- réussissent dans tous les secteurs de la société. Cela, nous l’avons accompli en dépit d’un passé difficile et nous avons puisé notre force dans notre héritage africain. Avec de puissantes institutions et une ferme volonté, je sais que les Africains peuvent réaliser leurs rêves à Nairobi et à Lagos, à Kigali et à Kinshasa, à Harare et ici-même à Accra…  Cependant, le progrès ne viendra de nulle part ailleurs, il doit découler des décisions que vous prendrez, des actions que vous engagerez et de l’espoir que vous porterez dans votre cœur.» 

Obama est-il un Prophète ou l’Antéchrist ? 

Quelques jours après son discours de Berlin, en août une rumeur était partie d’obscurs blogs évangélistes et avait enflé jusqu’à atteindre les plateaux de la chaîne CNN. Une minorité de chrétiens extrémistes, avaient vu des similitudes entre le candidat démocrate et les descriptions du personnage de l’Antéchrist de l’Evangile. 

Selon le livre de l’Apocalypse, celui-ci doit émerger un jour sous la forme d’un leader d’un immense charisme, homme politique très influent qui émerge subitement de l’ombre, ralliant le monde autour d’un message de paix et d’espoir masquant en fait le mal absolu. Il porte un message de paix et unit le monde autour d’une fausse religion commune pour provoquer ensuite la guerre et la destruction. 

Des télés évangélistes s’acharnent encore à décortiquer les discours et déclarations du président américain pour y déceler des preuves de son islamité.

Selon eux, une des phrases clés qu’il a prononcé prouve que, comme les musulmans, Obama ne considère pas Jésus comme un Dieu, ni un fils de Dieu : «Jésus est pour moi un personnage historique, et il est aussi un pont entre Dieu et l’homme, dans la foi chrétienne.» 

Comme tout prophète et tout président révolutionnaire qui bouscule de gros intérêts, Barack Hussein Obama est en danger permanent.  Tant que ce nouvel ami américain prônant la démocratie pour des peuples opprimés est là, les Musulmans et les Africains devraient se dépêcher de chasser les démons qui les gouvernent au lieu de se chamailler sur le leadership des révoltes populaires, ce qui rappelle étrangement le culte du veau d’or. 

le partage de nos rentes pétrolière et gazière!

8 mars, 2011

Rente gazière et Plus-Value Fiscale

L’indexation sur le prix du baril a détourné la rente gazière 

Les gouvernements algériens assistent en spectateurs aux sourdes batailles sur le partage de nos rentes pétrolière et gazière entre profits des multinationales et plus-values fiscales. Soumis depuis plus de 20 ans à une instabilité politique chronique, notre pays s’est retrouvé démuni de toute politique industrielle stratégique de défense de ses intérêts sur ses ressources en gaz qui sont bradées depuis 40 ans.

Dans un monde où les oligarchies industrielles militaires et pétrolières sont la source du pouvoir, aussi bien chez les pays producteurs que consommateurs, le marché mondial du gaz n’échappe pas à leur influence. C’est à travers les cheminements intercontinentaux des gazoducs que se mêlent les obligations de sécurité nationale et énergétique, service public et rentabilité commerciale.

Contrairement au pétrole, il n’y a même pas de place pour les petits acheteurs et spéculateurs. C’est un terrain réservé aux très grandes sociétés, aux poids lourds industriels. Dans ces conditions, peut-il réellement y avoir un marché concurrentiel? Alors que le marché pétrolier s’est mondialisé, celui du gaz reste majoritairement régionalisé et astreint à des relations bilatérales dans des contrats à long terme. Mais le développement du gaz naturel liquéfié (GNL) a changé la donne, et les flambées et les chutes du baril ont dévoilé le manque à gagner des formules d’indexation de prix. 

Une énorme rente gazière 

La première chaîne mondiale de transport de GNL est celle qui achemine en 1963, le gaz naturel de Hassi R’Mel à l’usine de liquéfaction d’Arzew puis le GNL en Angleterre à Canvey Island (jusqu’en 1985) et en France à Fos-sur-Mer où il est regazéifié et injecté dans le réseau de distribution. 40 ans plus tard, près de 66 % du gaz commercialisés par Sonatrach proviennent toujours du gisement gazier géant de Hassi R’Mel. Quant au développement du pôle gazier du Sud-Ouest (Reggane, Touat, Timimoun, Hassi-Mouina), les champs développés en partenariat entre Sonatrach et quatre compagnies européennes (Gaz de France, Total, Repsol, et Statoil), vont entrer en production en 2011-2012…. juste à la fin du prochain mandat présidentiel. C’est dire l’énorme enjeu du potentiel gazier algérien… qui justifie à lui seul le statu-quo politique à la tête de l’Etat. 

Sonatrach prévoit d’exporter 85 Gm3/an d’ici à 2012 et plus de 100 Gm3/an à partir de 2020 vers l’Europe. À ce titre, la compagnie s’est engagée à 36% dans la réalisation de deux gazoducs sous-marins devant relier l’Algérie à l’Espagne (projet Medgaz) et à l’Italie (projet Galsi), privant ainsi le Maroc et la Tunisie de récupérer une infime partie de la rente gazière en évitant les droits de passage par leur territoire. (1)

Par contre le mégaprojet gazier GNL intégré de Gassi Touil, initialement confié aux firmes espagnoles Repsol et Gas Natural, a été carrément saboté. Les espagnols voulaient retarder sa réalisation tant que le gazoduc Medgaz ne serait pas opérationnel et les contrats de livraison sécurisés. 

Sonatrach a annoncé un programme d’investissement 2007-2011 de 45 milliards de dollars (?), soit 9 milliards de $/an, dont 67% seront consacrés à l’amont pétrolier et gazier. L’effet d’annonce répété par Chakib Khelil sonne comme un rappel aux puissants de ce monde pour un soutien au maintien de Bouteflika à la tête de l’Etat. Personne, ni expert, ni université, ni contrôle parlementaire, ni parti, ni syndicat n’a jamais songé à vérifier la fiabilité de ces montants astronomiques que s’arrogent un nombre restreint de sociétés comme Halliburton.

Le récent scandale de la société mixte algéro-américaine Brown Root et Condor (BRC) a révélé à quel point les contrats du secteur étaient des pompes à fric prenant des avances colossales sur nos rentes pétrolière et gazière avant même l’entrée en production des puits. Il faut savoir qu’à Sonatrach, une soudure d’un tuyau, un serrage de boulon, et même une simple plaquette de présentation du rapport annuel est sous-traitée en devises fortes à une société étrangère. 

En passant de 8 exportateurs en 1991 à 15 en 2007, et un prix de marché supérieur à 4 $/MBtu, la chaîne de liquéfaction du gaz est devenue rentable et concurrentielle. Grâce au développement du GNL des mécanismes entre offre et demande se sont mis en place dans des marchés spot et peuvent justifier la fin des relations bilatérales à bas prix. 

Sortir du carcan de l’indexation 

L’emballement du marché pétrolier et la faible incidence sur le prix du gaz ont mis à nu le manque à gagner des contrats gaziers à long terme dont a été victime l’Algérie. Le Pdg de Sonatrach, Mohamed Meziane, a enfin annoncé sa ferme intention d’y renoncer, car ils «empêchaient Sonatrach de bénéficier de la hausse du pétrole». Il a indiqué que son entreprise comptait réduire la durée des contrats gaziers à moins de 5 ans. 

Ce nouvel état d’esprit remet en selle l’idée de création d’un cartel du gaz dans le style OPEP au prochain Forum du gaz qui se réunira à Oran. Ce sera la sixième réunion ministérielle depuis la création du Forum des quinze pays exportateurs de gaz en 2001 (Algérie, Egypte, Emirats arabes unis, Indonésie, Iran, Libye, Malaisie, Nigeria, Norvège, Oman, Qatar, Russie, Trinidad et Tobago, Venezuela).

Lors d’une réunion au Caire, le ministre égyptien du Pétrole, Sameh Fahmi, avait lancé un appel pour ne plus indexer les prix du gaz sur ceux du pétrole:«Il faudrait opter pour un marché plus libre et plus mature. Ce qui aboutit à des prix plus stables. Cela exige une révision sérieuse des mécanismes de détermination des prix … Je sais que cela n’est pas sans risque, mais si on ne le fait pas, la situation sera pire», avait avertit Fahmi.

Le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, avait déclaré plus tard que l’Algérie allait proposer “une étude sur la tarification du gaz”, estimant son prix “sous-évalué”Les raisons historiques de l’indexation du gaz sur le pétrole n’existent plus. Le marché des combustibles n’est plus dominé par le mazout et, dans la plupart des pays européens, on utilise dorénavant plus de gaz que de fioul pour le chauffage domestique, les fours industriels et les centrales électriques. 

L’histoire de l’indexation du prix du gaz sur les produits pétroliers, conçue dans les années 60-70 peut prêter aujourd’hui à sourire. Alors que le gaz naturel est une énergie propre directement utilisable sans transformation, ni raffinage, il a été d’emblée comparé à l’énergie concurrente la moins chère. Le fioul et le gasoil étant des produits bas de gamme issus du raffinage du pétrole, la répercussion du prix du baril est longue à se faire sentir en raison des stocks. Des formules «secrètes» d’indexation fixées dans les contrats d’approvisionnement à long terme de 20 à 25 ans, se basant sur la moyenne des derniers 6 à 9 mois du prix des produits concurrentiels (gasoil ou fioul) permettent de «lisser» les variations de prix en les décalant dans le temps. 

En outre le prix initial contractuel du gaz découle d’une approche dite «netback»: on part du prix final souhaité, c’est-à-dire le prix du fioul substituable au gaz, et on retranche les coûts de tous les intermédiaires qui le séparent du marché final (transport, stockage, distribution et …taxes) pour en déduire le prix du gaz en tête de puit. Le prix ainsi obtenu était considéré «généralement supérieur aux coûts réels d’extraction du gaz». La valeur netback du gaz ainsi calculée était en fait la part minime de la rente gazière concédée au producteur. (2) 

Même la législation algérienne continue de protéger le culte du secret des contrats gaziers. L’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (ALNAFT) et la Commission de régulation de l’électricité et du gaz (C.R.E.G) publient des statistiques sur les ventes de gaz «sous respect de la confidentialité de chacun des contrats et avenants». Les premiers contrats arrivés à expiration fin 90-début 2000 ont été renouvelés sans remise en cause des formules d’indexation désavantageuses, mais en supprimant les clauses de destination pour les remplacer par des clauses de flexibilité. Cela donne à l’acheteur la possibilité de procéder à des opérations de trading comme celles ayant consisté par GDF à réexpédier des cargaisons de GNL algérien aux Etats-Unis lorsque les prix flambaient sur les marchés spot. L’acquéreur peut ainsi revendre ses achats excédentaires et concurrencer son fournisseur avec son propre gaz. 

Cette flexibilité a multiplié les opportunités de gains spéculatifs. A tel point que le stockage est devenu un lieu de transfert de la rente gazière. Le gaz naturel peut être stocké sous forme gazeuse dans divers réservoirs naturels: gisements de gaz ou de pétrole épuisés (425 dans le monde, principalement aux Etats-Unis), nappes aquifères (85 dans le monde), cavités salines (40 dans le monde), mines abandonnées (4 dans le monde). Depuis 2000, grâce à ses sites de stockage, l’Europe est en mesure de faire face à des ruptures d’approvisionnement de 9 mois avec la Russie et de 20 mois avec l’Algérie. Cette nouvelle stratégie de stockage chez les clients attire aussi les producteurs. Gazprom négocie des capacités de stockage avec la France, l’Autriche, le Royaume-Uni et la Belgique. Sonatrach négocie aussi un projet de stockage de gaz aux Etats-Unis. 

Vers un prix de référence du gaz 

Le marché mondial du gaz se trouve aujourd’hui dans une situation duale, avec d’un côté des prix spots directeurs sur les marchés américain et britannique alors que les marchés européen et en partie asiatique conservent le principe de l’indexation sur les produits pétroliers. Les principales places des marchés spot sont: 

- Henry Hub (New York Mercantile Exchange) aux Etats-Unis, - AECO (Natural Gas Exchange) au Canada, 

- Heren (British National Balancing Point), - Zeebruge Hub (Belgique), 

- IPE (International Petroleum Exchange) Londres Depuis la dérégulation des marchés gaziers aux États-Unis et au Royaume-Uni, le prix directeur du gaz naturel est défini par les prix spots à court terme qui reflètent l’équilibre offre/demande du marché. Même des multinationales actionnaires dans des puits de gaz, et soucieuses d’augmenter leurs profits, plaident aussi en faveur de marchés gaziers libres, dont les prix ne seraient pas liés à d’autres énergies. Exxon prévoit que l’essor du commerce de GNL favorisera la concurrence avec le gaz naturel et que le prix de cette énergie se basera de plus en plus sur ses propres fondamentaux. 

Le marché international du gaz est en train de se mettre en place avec trois ou quatre prix régionaux fortement corrélés, à l’image du marché pétrolier, sous l’impulsion des États-Unis qui représentent 25% des échanges mondiaux. Même en légère augmentation, le prix du gaz dans l’Europe communautaire reste faible par comparaison au marché américain où les cours du gaz sont relativement élevés. 

Aux États-Unis, l’année 2000 marque un réel tournant que personne n’avait anticipé : le prix du gaz a atteint progressivement plus de 5 $/MBtu contre 2 à 3 $/MBtu avant cette date. Il a dépassé les 7 $ en 2005. En Asie, depuis 2000 il s’établit autour de 5 $/MBtu contre une fourchette de 4/5 $ auparavant. Il s’est rapproché de 6 $ en 2005. 

En Europe, après avoir évolué entre 2 et 3 $/MBtu, le prix du gaz se situe depuis 2000 à plus de 4 $/MBtu. Il s’est rapproché des 6 $ en moyenne sur 2005. Le tableau ci-dessous reproduit les prix moyens annuels indexés dans les contrats de Sonatrach depuis 10 ans. On constate une différence de 1 à  2 $/MBtu avec les prix des marchés spot, aggravée par la forte dévaluation du dollar. 

Sur une stricte base d’équivalence énergétique, on peut estimer le manque à gagner du gaz algérien comme suit: - pour un brut à 20 $/baril équivalent à 3,7 $/MBtu, le prix du gaz était d’environ 2,5 $/MBtu - un prix de 50 $/baril justifiait un prix autour de 8,6 $/MBTU, alors qu’il était à moins de 4 $/MBtu - 60 $/baril  équivaut à 11 $/MBtu, alors qu’il s’est situé à moins de 7 $/MBtu On imagine aisément les pertes de prix quans le baril avait atteint 150 $. Des experts ont estimé que pour une quantité équivalente d’hydrocarbures exportés, la rente pétrolière est environ deux fois et demie plus importante que la rente gazière. 

Le transfert de la rente en plus-value fiscale 

Les prix des carburants à la pompe se sont envolés au rythme de la flambée du baril. Les distributeurs ne respectent même plus le temps de latence du roulement des stocks. Les prix augmentent au jour le jour, selon la cotation du baril, en maudissant publiquement les pays de l’OPEP, avec la complicité passive des pouvoirs publics. Et pour cause, les grands gagnants de cette inflation sont les Etats puisque la plus grosse part du prix est constituée de taxes, jusqu’à près de 80%. C’est ce qu’on appelle la plus-value fiscale. Il en va de même pour les prix de détail du gaz et de l’électricité dont les proportions fiscales restent floues. Ces plus-values fiscales servent évidemment à financer les énormes déficits budgétaires, en partie dus aux dépenses militaires.

C’est essentiellement pour cette raison financière que le marché du gaz est devenue la première préoccupation du G8, de l’OTAN et de l’UE.   Ne pouvant plus agir sur le prix du baril, les occidentaux s’inquiètent de la création d’un cartel du gaz qui va aboutir inéluctablement à un prix libre et concurrentiel. Ils mettent en avant leur sécurité énergétique, alors que leur seule préoccupation est le maintien d’un niveau élevé de plus-value fiscale en freinant la hausse des coûts d’approvisionnement. Les grandes manœuvres ont déjà commencé avec les opérations de fusion-cession-acquisition, comme celle de GDF-Suez, dont l’objectif est de s’accaparer le maximum de puits de gaz et de faire des économies d’échelle sur les coûts de distribution. Le but est de gérer les arbitrages entre coût d’approvisionnement, profits et plus-values fiscales pour déterminer des prix de vente supportables par les consommateurs.   Selon l’AIE, sur l’année 2000, le prix de tête de puits a représenté 34% du prix du gaz pour le consommateur domestique, alors que le transport comptait pour 19% et la distribution aux clients, 47%. C’est donc ce dernier coût qui représente la plus grande part du prix final payé par le consommateur. Avant 2000 et la hausse des prix du gaz, le prix de tête de puits représentait seulement 10 à 15% du prix final au consommateur.  A titre d’exemple, le président français Sarkozy a justifié les récentes augmentations du gaz par GDF (près de 10% en 6 mois) par l’indexation du prix du gaz sur le marché pétrolier dépendant de l’OPEP. Seul un article du Canard Enchaîné (16-04-2008) a remis en cause un tel mensonge, sachant que Gaz de France a réalisé en 2006 les meilleures performances de son histoire, avec un excédent brut opérationnel de 5 milliards d’euros et un résultat net de 2,3 milliards €, en croissance de 29 % par rapport à 2005, tout en augmentant ses investissements de 38%.

Pour les associations de consommateurs, il est difficile de savoir si les augmentations sont justifiées: “Gaz de France dit perdre beaucoup d’argent sur les tarifs régulés, mais il y a une opacité sur le calcul des prix, il n’est pas public“. GDF se défend de son côté en expliquant que ce calcul est confidentiel car “‘il contient des informations sensibles“. En clair, l’entreprise ne tient pas à ce que ses concurrents et ses clients sachent combien elle paye son gaz.

Malgré leurs promesses de lier le prix consommateur du gaz aux fluctuations du marché pétrolier, les Etats européens ont refusé de baisser les prix après la chute du marché pétrolier engrengeant ainsi un maximum de recettes fiscales. L’autre facette du transfert de la rente en une plus-value fiscale totalement injustifiée consiste dans l’incroyable cadeau fiscal concédé aux sociétés pétrolières et gazières qui travaillent depuis des années en Algérie alors qu’elles ne sont pas considérées comme «un sujet fiscal algérien». Elles sont de fait exonérées, ainsi que leurs sous-traitants, de la TVA, des droits de douane et en partie des charges sociales. Une aberration qu’il serait opportun de chiffrer et à laquelle il est urgent de mettre un terme. 

La concurrence Gazprom-GDF 

Après des décennies de communisme pur et dur, les Russes se sont convertis au grand capitalisme pur et dur. Le groupe gazier Gazprom, détenu à 51% par l’Etat, est devenu l’entreprise la mieux valorisée en bourse dans le monde. Aucune société n’a rassemblé autant de capitaux que Gazprom, dépassant l’américain Exxon Mobil qui avait repris le titre de première capitalisation boursière mondiale au chinois PetroChina en mars 2008. Des analystes financiers estiment que la capitalisation boursière de Gazprom, qui détient 30% des réserves mondiales prouvées de gaz naturel, pourrait encore tripler d’ici 2012. La valeur de Gazprom a été multipliée par 32 en six ans, grâce à la hausse du prix de son gaz, imposée à ses voisins d’Ukraine, Géorgie et Bélarus et sur son marché intérieur. La grille tarifaire de Gazprom sur le marché russe a été révisée pour facturer 25% en plus les livraisons aux ménages en 2009, +30% en 2010 et +40% en 2011. 

Depuis son premier mandat présidentiel en 2000, Vladimir Poutine a fait de Gazprom sa priorité, le symbole du renouveau de l’économie russe. Il a doté le groupe d’un véritable gouvernement d’entreprise dont le patron Dimitri Medvedev, président du conseil de surveillance, a été élu à la présidence de la Russie… et de nommer Poutine premier ministre comme pour mieux démontrer que le pouvoir réel ne se situe pas dans les privilèges protocolaires, mais dans la sphère de décision économique. Poutine a fermement marqué son territoire en fixant les frontières à ne pas dépasser par Dick Cheney et les américains en Asie Centrale. Après le bras de fer avec ses voisins de l’ex-Union soviétique, Gazprom a signé un accord quasi-exclusif pour exploiter les grands gisements gaziers du Turkménistan. Alors que les américains et les turcs avaient entrepris des démarches parallèles à Achkhabad pour ressusciter le projet américain de 1997 de gazoduc trans-caspien visant à livrer le gaz turkmène à l’Europe via la Turquie. 

C’est dans l’optique de cette stratégie d’unir les intérêts des producteurs gaziers que Gazprom a tenté un rapprochement avec Sonatrach en 2006 qui a affolé l’UE et a été presque assimilé par l’OTAN à une déclaration de guerre. Mais l’accord de coopération Gazprom-Sonatrach signé en août 2006 s’est terminé en août 2007 et n’a débouché sur aucun projet concret, selon le PDG de Sonatrach. Tout en avouant que “les russes participent aux appels d’offre sur le projet de gazoduc de 4.000 kilomètres Transalia, qui reliera le Nigéria à l’Algérie pour l’approvisionnement européen et acheminera 20 à 30 milliards de m3 par an”. Une telle annonce n’est pas de nature à rassurer les européens et en particulier Gaz de France. Face au stratège Poutine, Sarkozy et Gaz de France font tout pour écarter le géant Gazprom et conserver leur influence sur le gaz algérien datant de l’indépendance et la découverte de Hassi R’Mel. Gdf a déjà conclu avec Sonatrach un accord d’une durée de 20 ans pour commercialiser en Espagne 1 milliard de m3 de gaz par an sur les 8 milliards de m3 qui seront acheminés dès 2009 par le gazoduc Medgaz, dont Gaz de France est partenaire à 12 %. En bénéficiant d’une confortable durée d’approvisionnement et d’un prix indexé, Gdf va renforcer sa position sur le marché européen du gaz naturel… et concurrencer Sonatrach qui a toutes les peines du monde à se faire accepter sur ce marché espagnol. Gaz de France est également présent dans l’amont algérien, où il détient les droits d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures sur le permis du Touat, dans le bassin de Sbaa. 

Sarkozy veut faire de Gdf le fer de lance de la consolidation de la rente gazière en le fusionnant avec le groupe privé Suez. Le groupe Gaz de France emploie plus de 50.000 personnes dans 30 pays et réalise plus de 27 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Il exploite le plus long réseau de transport de gaz (31.610 Km) et gère le plus long réseau de distribution (185 000 Km) en Europe. Il détient la 2ème capacité de stockage en Europe avec12 sites de stockage (9 en aquifère et 3 en cavités salines) représentant une capacité utile de plus de 9 milliards de m3 en 2006, soit près de 20 % de la consommation annuelle française.  2ème opérateur européen de terminaux méthaniers avec 2 terminaux en service, le Groupe dispose d’une capacité de regazéification de 17 milliards de m3 par an. 

Gdf intervient aussi dans l’électricité d’origine nucléaire. C’est ce qui a incité le candidat Sarkozy à faire à l’Algérie une proposition de marchand de tapis qu’on peut qualifier aujourd’hui d’indécente: «la technologie nucléaire contre des puits de gaz». Il doit être bien informé sur notre incapacité à maîtriser seul cette technologie, vu que tous les investissements consentis dans ce domaine, avec le Commissariat à l’Energie Atomique, ont été sabotés. Les réacteurs de Draria et Aïn-Oussara sont devenus des gadgets qui ne servent même pas à la formation. Sarkozy doit aussi savoir que quelques-uns de nos experts nucléaires ont été assassinés par des «terroristes», d’autres se sont exilés et d’autres encore se sont recyclés en gérants de cyber-café ou en marchands de brochettes. Il faut donc tout reconstruire pour doter le pays de réacteurs qui produiront de l’électricité quand le pétrole et le gaz s’épuiseront. C’est apparemment ce qu’envisage de faire le gouvernement avec des partenaires russes, chinois, indiens… sans marchandage. D’autant plus que d’immenses espaces de notre Sahara peuvent se transformer en «plantations» de centrales nucléaires, sans risques pour les zones urbaines, et peuvent même exporter de l’électricité. 

La vision néo-coloniale de l’UPM 

Lorsqu’un prétendant essaie de séduire une riche héritière bien pourvue et bien dodue et qu’elle s’y refuse, il va tenter d’organiser les noces à son insu avec la complicité de sa famille et de ses voisines pour la mettre devant le fait accompli et lui passer la bague au doigt. C’est un peu ce qu’envisage de faire Sarkozy avec l’Algérie et son projet attrape-nigaud d’Union pour la Méditerranée «dont l’Algérie doit être un acteur majeur». Il a tout fait pour attirer Bouteflika dans le guet-apens de la réunion du 13 juillet qui devait sceller l’UPM dont il ne faut pas faire semblant d’ignorer son contenu réel. Sarkozy avait dévoilé à Tunis le fond de sa pensée purement coloniale. D’un côté une protection assurée aux régimes autoritaires et anti-démocratiques d’Afrique du Nord pour «renforcer la sécurité et freiner les flux migratoires». D’un autre côté une vision élitiste : «avec notre technologie et votre main d’œuvre nous pourrons lutter contre l’Asie». Il avait omis d’ajouter «avec le gaz algérien» pour barrer la route à la Russie.

Ce discours symbolise le projet messianique dont se croit investi Sarkozy pour maintenir l’Afrique du Nord sous l’emprise économique européenne contre les concurrents russe et chinois, et normaliser ses relations avec Israël. Dans cet espace méditerranéen mouvementé depuis des millénaires par des conflits religieux, civilisationnels et coloniaux, aucune sauce n’a jamais pris. Ni le processus de Barcelone, ni le Forum méditerranéen, ni les accords d’association de l’UE, ni la politique de voisinage, ni les rencontres des 5+5,… ni même l’Union du Maghreb et la Ligue arabe.

En vertu de quoi, Sarkozy détiendrait-il une nouvelle formule magique? Il veut marcher plus haut que ses talons alors qu’il n’a ni l’envergure de De Gaulle, ni le charisme de Chirac qui se sont bien gardés de s’engager dans une telle aventure. Sentant bien les réticences algériennes à l’habillage de l’UPM, et laissant Sarkozy s’embourber seul, des membres de l’UE changent leur fusil d’épaule et «souhaitent développer avec l’Algérie une relation stratégique dans le domaine de l’énergie». Une véritable course contre la montre s’est donc engagée entre l’UE et la Russie autour de la rente gazière algérienne. 

La situation économique et sociale d’Afrique du Nord prouve qu’elle n’a rien gagné dans ses relations avec l’Europe alors qu’elle lui fournit de l’énergie, de la main d’œuvre qualifiée à bon marché et qu’elle lui sert de défouloir touristique. Après 40 ans de «coopération» avec l’Europe, le dernier rapport de l’OCDE sur l’Algérie note que «l’industrie publique a perdu 80% de son potentiel depuis 1989…  et la croissance reste tributaire des hydrocarbures à hauteur de 46% du PIB». 

Que l’Algérie n’adhère pas à l’idée de l’UPM, c’est presque devenu une évidence. Mais qu’elle soit incapable d’en dissuader ses voisins maghrébins, c’est un drame. Elle n’a rien à gagner à rester isolée. Non seulement l’Algérie ne doit pas adhérer à cette UPM, mais elle doit aussi convaincre les autres pays d’Afrique du Nord de ne pas s’y laisser embarquer. Le projet de l’UPM a été proposé parce que l’UMA est inopérante et le pouvoir algérien en est en grande partie responsable. Il est toujours temps de changer de politique, et penser à créer un ou deux terminaux de GNL sur l’Atlantique pour ouvrir de nouvelles routes du gaz aux gisements du Sud-ouest. 

Saâd Lounès 

(1) Gazoducs MEDGAZ et GALSI: la trahison maghrébine de Bouteflika

(2) Exemple de formule gazière : 

P = Po + A x (G-Go) + B x (F-Fo) 

où : P = prix mensuel d’achat du gaz au producteur, 

Po = prix initial déterminé en «netback» à la mise en oeuvre du contrat, 

G / F = prix moyen sur 3, 6 ou 9 mois du fioul domestique G, du fioul lourd F.

(la moyenne permet d’atténuer les hausses ou les baisses des cours du marché pétrolier) ; 

A / B : coefficients d’équivalence énergétique. 

Khalifa, Ouyahia et la DGSE

8 mars, 2011

Khalifa, Ouyahia et la DGSE

La crise mondiale innocente Khalifa et accable Ouyahia et la DGSE

La crise financière pourrait coûter aux banques entre 2800 à 3600 milliards de dollars, selon des estimations contradictoires des pertes et dépréciations d’actifs dues aux «crédits toxiques». Les banques américaines, soutenues par celles du reste du monde, ont largement dépassé les limites du relâchement des normes prudentielles de crédit jusqu’à se retrouver aux portes de la faillite. Elles ont entraîné dans leur chute les maisons d’assurance, chargées de couvrir l’insolvabilité des emprunteurs, et les secteurs de l’immobilier, l’automobile et biens d’équipement, principaux bénéficiaires des politiques de crédits à la consommation.

Khalifa Bank n’avait pas fait pire, en consacrant ses liquidités pour financer le lancement des filiales du Groupe et des prises de participation en Algérie et à l’étranger. Malheureusement, Khalifa Bank et ses filiales n’ont pas eu la chance d’avoir affaire à des gouvernants légitimes, nationalistes et intelligents dont le premier souci aurait été de sauvegarder la première banque privée, préserver des emplois et pérenniser ce dynamisme économique.

Khalifa, Ouyahia et la DGSE dans politique khalifa

Le groupe Khalifa a été liquidé en quelques mois par Bouteflika, chef d’Etat rancunier, et un tueur à gages nommé Ouyahia qui a jeté, sans aucun scrupule, près de 20.000 employés au chômage et au désespoir, ruiné des milliers d’épargnants, et surtout fait perdre à la jeunesse algérienne un extraordinaire repère d’espoir et de réussite.

Du fond de sa prison londonienne, Rafik Abdelmoumene Khalifa, condamné par contumace à la perpétuité, attend le verdict de la justice britannique sur la demande d’extradition algérienne, en replaçant la très modeste affaire Khalifa Bank dans ce nouveau contexte de crise mondiale.

La gestion nationaliste de la crise financière

La crise mondiale a pour origine la crise du surendettement de l’économie américaine, accentuée par la concurrence de l’euro depuis 1999. (1) Le système bancaire américain a encouragé le surendettement des ménages par le mécanisme des subprimes qui ne constituent que la partie immergée de l’iceberg. En vérité, l’usage médiatique abusif de ce terme sert à culpabiliser les petits emprunteurs, et cacher les montants faramineux de l’endettement public et des entreprises privées. Selon un rapport du FMI, «La crise a dépassé les confins du marché américain du subprime, pour toucher concrètement les principaux marchés immobiliers d’entreprise et d’habitation, le crédit à la consommation et le crédit aux entreprises».

La dette publique fédérale américaine représentait, fin 2007, 9000 milliards de dollars (65,5% du PIB) dont environ 5000 en bons du trésor. L’administration Obama a déjà annoncé que le déficit budgétaire en 2009 est estimé à 1752 milliards de $, soit 12% du PIB et trois fois le déficit de 2008. Cette explosion est en partie due au rachat des «crédits toxiques» des banques d’un montant de 1000 milliards de $.

Après avoir liquidé le groupe Khalifa, ses 20.000 employés directs et des milliers d’emplois indirects, le gouvernement algérien a lui aussi contribué à sauver des emplois américains en plaçant 49 milliards de dollars en bons du trésor US, soit la moitié de ses réserves de change.

Après les premières alertes en été 2007 des grandes banques américaines et européennes, la FED, la BCE et la Banque Centrale du Japon avaient commencé à injecter plus de 300 milliards de dollars dans le circuit financier. L’intervention des autorités monétaires s’avérant insuffisante face à l’ampleur d’une crise systémique, les premières décisions de nationalisation sont annoncées en 2008 pour éviter les faillites et l’explosion du taux de chômage.

Des plans de sauvetage financier et de relance économique sont étudiés dans l’urgence pour enrayer le pessimisme des marchés et éviter les conflits sociaux. Les banques subventionnées doivent en contrepartie continuer à consentir des prêts aux PME et aux ménages afin d’amortir les effets de la crise financière sur l’économie réelle. Aucun dirigeant de banque n’a été congédié ni poursuivi en justice. Les gouvernants leur ont juste demandé gentiment de réduire leurs rémunérations astronomiques, en comparaison desquelles les «dépenses» de Moumene Khalifa apparaissent comme de l’argent de poche.

La formidable baraka de Khalifa

Rafic Khalifa est né sous une bonne étoile en 1966 à Bejaia, fils de Laroussi Khalifa, adjoint de Abdelhafidh Boussouf fondateur du MALG, ancêtre de la Sécurité Militaire devenue DRS. Après avoir joué un rôle important dans les accords d’Evian en 1962, Laroussi fut ministre de l’Industrie et de l’Energie de Ben Bella où il négocia les concessions pétrolières. Puis il fut écarté du gouvernement par Boumediene qui le nomma directeur d’Air Algérie. Sa carrière politique se termina sur deux ans de prison après la tentative de coup d’Etat manqué en 1967 du colonel Tahar Zbiri. A sa sortie, Laroussi géra uniquement sa pharmacie de Cheraga. A sa mort en 1990, on ne lui connaît pas de fortune, mais il lègue à son fils trois héritages.

D’abord un nom qui fait peur à tous les courtisans du «Makhzen» algérien sous influence des réseaux des anciens du MALG qui lui ouvriront les portes et l’accompagneront dans son ascension fulgurante.

Ensuite la pharmacie qui servira de base à la création de sa première société KRG Pharma en 1990, et la fabrication des médicaments génériques en 1992.

Mais surtout une rancune tenace, datant de la guerre de libération, des services secrets français, et d’un certain Abdelaziz Bouteflika. Né à Oujda, Bouteflika avait tout fait pour intégrer en juillet 1957 la première promotion Larbi Ben M’Hidi des recrues du MALG, mais Laroussi directeur du stage le refusa. C’est la rage au cœur que Bouteflika vit les lycéens marocains de son âge intégrer la formation d’élite à Oujda, dont ont fait partie les futurs dirigeants du pays (Khalef, Zerhouni, Tounsi, Temmar, Bessaïeh, ect…). (2)

Rafic paie aujourd’hui très cher cette vengeance et n’hésite pas à affirmer  »Le président Bouteflika veut ma peau » dans une interview au journal le Figaro du 6 février 2007 quelques jours avant la délivrance d’un mandat d’arrêt européen par le tribunal de Nanterre le 5 mars et son arrestation à Londres le 27 mars.

Il précise: «Nos relations n’étaient pas bonnes lorsqu’il est arrivé au pouvoir en 1999, mais elles se sont arrangées. Des personnalités sont intervenues pour sceller la paix.» Mais, ajoute-t-il «Bouteflika… ne supportait pas ma puissance économique. Il était convaincu que je voulais sa place. Il s’était mis dans la tête que l’armée me présentait comme un recours et un gage de stabilité… ». Pour Khalifa, Bouteflika a fait de l’Algérie «une république bananière où le président concentre tous les pouvoirs.»

Rafic a eu la chance de se lancer dans la création d’entreprises en pleine possession des ambitions et de la vigueur d’un homme de 30 ans, là ou de nombreux entrepreneurs se sont usés les muscles et les neurones à déminer les pièges et les obstacles d’une administration sous-développée et corrompue.

En mars 1998, Khalifa Bank obtient son agrément en hypothéquant la maison familiale de Hydra et sans libérer la totalité des 500 millions de DA requis pour le capital minimum. Dès 2002, Khalifa Bank revendique 700.000 clients, 7000 employés et 74 agences, un record quand la BNA n’en compte qu’une centaine. Elle distribuait des cartes de crédit American Express et MasterCard et opérait des transferts avec Western Union.

En 1999, Moumene crée la compagnie aérienne Khalifa Airways qui va connaître un essor fulgurant, employer 3000 personnes, et désenclaver plusieurs wilayas de ce vaste pays. Un accord d’entrée dans le capital d’Air Algérie a même été signé.

En 2001, il crée Khalifa Construction à partir de l’acquisition du géant allemand du BTP en faillite Philip Holzmann, qu’il réussit à rafler à une quinzaine d’acquéreurs. Il annonce qu’il va se lancer dans la construction des nouvelles villes de Boughzoul sur les Hauts Plateaux, et Sidi Abdallah, dans la banlieue d’Alger.

En 2002, il lance la chaîne Khalifa TV à Paris et Londres, après avoir tenté en 2001 de racheter la chaîne d’infos arabe ANN appartenant au syrien Riffat El Assad.

Il a multiplié les actions de sponsoring, notamment dans le football, et de prestige comme la fameuse Khalifa Jet Team, une patrouille aérienne acrobatique. Il finança pour l’Etat algérien, sur ordre de Bouteflika, des actions de lobbying aux USA, des achats de voitures blindées, des cachets d’artistes, etc…

On a appris après la liquidation du groupe en 2003 que Khalifa Bank détenait aussi 29% du capital de la Société Générale Algérie que Rafic avait racheté à la FIBA, holding luxembourgeois présidé par un ex-ministre algérien Ali Benouari.

Selon d’autres révélations, Khalifa choqué par les attaques médiatico-politiques, comme celle de Noël Mamère, prévoyait de quitter la France pour s’installer en Espagne. Il avait pris des contacts avec les dirigeants du Real Madrid où jouait Zinedine Zidane pour sponsoriser le club ou rentrer dans son capital. Le Service Action de la DGSE ne lui en laissa pas le temps.

La France tombeau du groupe Khalifa

Quelles sont les pertes réelles de Khalifa Bank? Personne n’est capable de le dire. Plusieurs chiffres ont été avancés entre 600 millions et 1,2 milliard d’euros, qui ne représentent pas des pertes, mais des infractions au contrôle des changes. Des transferts d’argent qu’effectuait Khalifa sous diverses formes pour financer l’investissement et l’exploitation de ses filiales et opérations à l’étranger. Selon le journal Le Monde (9 février 2005), le transfert de capitaux opéré de l’Algérie vers l’étranger par la banque entre 1999 et 2003 serait — selon les documents remis par le liquidateur de Khalifa Bank à la justice française — de l’ordre de 689 millions d’euros.

Khalifa détournait la réglementation rigide de transfert de devises de la Banque d’Algérie pour gagner du temps. Même l’Etat algérien en a profité. Une grande partie de ces transferts a été couverte par l’ex-ministre des Finances (de juin 2002 à mai 2003) Mohamed Terbeche, ex-Pdg de la BEA et Pdg de la Banque Intercontinentale Arabe (BIA), une banque algéro-libyenne implantée à Paris qui servait de correspondant à Khalifa Bank et gérait ses transferts.

Qui a vraiment provoqué la chute de l’empire Khalifa? C’est le ras-le-bol de l’establishment franco-français désagréablement submergé par la personnalité omniprésente et la boulimie affairiste d’un Algérien sorti du néant de son bled pour occuper la une des journaux et faire frissonner le tout-Paris des médias, des artistes, du sport, de la finance et du patronat, à la manière du flamboyant Bernard Tapie.

Le premier coup de semonce est venu en septembre 2002 de Noël Mamère, député-maire de Bègles qui refusa d’assister à un match de rugby en raison de la présence dans les gradins du nouveau sponsor Rafic Khalifa, «l’ami des généraux algériens, avec lesquels il a fait sa fortune». Choqué par cette agression, Khalifa n’a pas versé un centime des 300.000€ prévus.

En octobre, la DGSE fournit une note bidon et très approximative à la presse française pour répandre l’idée que Khalifa n’est qu’un homme de paille des puissants généraux et que son groupe bénéficie de «financements occultes (?)». Pour arriver à cette conclusion totalement fausse et fantaisiste, les agents de la DGSE ont embarqué dans les avions de Khalifa Airways et ont effectué une enquête de pieds-nickelés en s’amusant à compter le nombre de passagers.

Le contenu de cette note est d’ailleurs repris dans l’exposé des motifs du député Noël Mamère qui a demandé la constitution d’une commission d’enquête parlementaire N°334 du 29 octobre 2002 sur «l’origine des fonds du groupe algérien Khalifa et leur utilisation en France ». Puis une deuxième demande N° 646 du 4 mars 2003 « relative aux conditions d’attribution d’une fréquence à la chaîne Khalifa TV». L’Assemblée Nationale les a rejeté. (3)

Face à ce tapage médiatique, un vent de panique a soufflé sur la place d’Alger qui a abouti en novembre 2002 au gel des mouvements financiers de Khalifa Bank. Alors que des tractations se déroulaient en haut lieu sur la meilleure façon de gérer le «problème Khalifa», le Service Action de la DGSE a cherché la faille qui ferait tomber le golden-boy par des filatures et des écoutes téléphoniques. L’erreur fatale qui va provoquer sa chute est survenue le 24 février 2003 lorsque les services français ont informé leurs «correspondants» d’Alger que trois collaborateurs de Khalifa s’apprêtaient à convoyer 2 millions d’euros en espèces. Ils furent arrêtés à l’aéroport et la banque a été placée sous administration provisoire par la Banque d’Algérie le 3 mars.

L’option d’un arrangement qui éviterait d’éclabousser le régime a été envisagée par le directeur de cabinet de la Présidence, Larbi Belkheir, devenu protecteur de Rafic. Mais le conflit de succession entre Bouteflika et le Chef du gouvernement Ali Benflis a totalement brouillé les cartes et desservi la cause du groupe. Le remplacement brutal de Benflis par Ahmed Ouyahia en Mai 2003 a sonné le glas de Khalifa Bank dont la liquidation a été annoncée le 2 juin.

Ouyahia «nettoyeur» de la DGSE

La DGSE qui veille sur les intérêts français au Maghreb et en Afrique veut confiner l’Algérie dans son statut de mono exportateur d’hydrocarbures. Elle ne pouvait admettre que Rafic Khalifa serve de modèle d’entrepreneur non seulement à la jeunesse désoeuvrée d’Algérie, mais aussi aux jeunes beurs des banlieues bridés par une administration tatillonne et sélective qui les cantonne aux petits commerces et aux start-up sans lendemain.

L’élimination sur le sol français du groupe Khalifa et la destruction de l’idole sont devenus une priorité des services secrets dès qu’ils ont appris la création de sa chaîne de télé KTV au cœur de Paris et son entrée surprise dans le capital de la Société Générale à hauteur de 29%.

La DGSE  a trouvé en Ahmed Ouyahia le tueur à gages idéal, que le jargon des services secrets surnomme le «nettoyeur». Dès son entrée en fonction, Ouyahia a résumé en deux mots le contenu du rapport de la DGSE auprès des députés et des sénateurs en parlant de «mythe Khalifa» et de «marchand de rêves». Il a aussitôt engagé le rouleau compresseur de l’administration pour étrangler le groupe, l’effacer du paysage économique en excluant toute autre alternative. Les rares voix qui se sont élevées pour défendre les emplois de Khalifa, comme celle de la Confédération des Cadres de la Finance (CCFC) ont vite été étouffées. L’UGTA et le patronat n’ont pas bougé le petit doigt, tétanisés par les menaces de représailles. La terrible répression qui s’est abattue sur le groupe Khalifa a aussi servi à tenir en respect les opposants du sérail jusqu’à la réélection de Bouteflika en avril 2004.

Le nettoyeur a instruit la justice d’engager des poursuites judiciaires contre les gestionnaires des entreprises et organismes publics qui ont déposé des fonds dans la banque privée qui offrait des taux de rémunération supérieurs à ceux des banques publiques. Un nouveau climat de terreur s’est emparé des gestionnaires après celui de 1996-1997 où le même Ouyahia avait orchestré l’emprisonnement de milliers de dirigeants, dont la plupart seront par la suite acquittés.

Le procès de Khalifa Bank à Blida en début d’année 2007 a finalement prouvé qu’il n’y avait ni financement occulte, ni trésor du FLN, ni «blanchiment d’argent des généraux», mais une simple attirance des dépôts de gros épargnants institutionnels. Le procès a même tourné à la caricature en évoquant un prêt logement pour un steward, un prêt véhicule pour un policier, des billets d’avions et des séjours de thalassothérapie. (4)

Le tribunal de Blida a tout de même prononcé 45 condamnations à la prison ferme et 49 acquittements sur les 94 accusés. Des gestionnaires d’entreprises publiques croupissent aujourd’hui en prison pour avoir simplement déposé des fonds dans une banque privée agréée, donc garantie par l’Etat. Le reste des contentieux de l’affaire Khalifa, impliquant des personnalités du pouvoir, sont toujours au stade d’une instruction opaque.

Sur sa lancée destructrice, Ouyahia s’est servi de l’affaire Khalifa pour provoquer une crise systémique en contraignant toutes les banques privées algériennes et quelques banques arabes à la liquidation et leurs patrons à la prison comme Omar Dechmi (CA Bank) ou à la fuite comme Brahim Hadjas (Union Bank) ou Mohamed Kharoubi (BCIA Bank). (5)

A chaque fois qu’Ouyahia a pris les commandes du gouvernement, les intérêts français ont été considérablement renforcés, des entreprises algériennes détruites et leurs patrons réprimés. (6)

Après son troisième retour à la tête du gouvernement, Ouyahia a décrété de nouvelles mesures contraignantes, prouvant encore qu’il gère l’économie comme un éléphant enragé dans un magasin de porcelaine, avec un maximum de dégâts. Sa nouvelle mission est de chasser ce qui reste d’opérateurs arabes et asiatiques pour ouvrir de nouvelles parts de marchés à ses alliés français. Il a effacé les projets immobiliers des uns et d’usine de voiture des autres.

Ouyahia vient aussi de révéler le fond de sa pensée destructrice en traitant la «stratégie industrielle» de Temmar de «fantasme de communication». Un nettoyeur n’admet aucune stratégie économique autre que celle de la destruction.

Moumene Khalifa n’est malheureusement pas la seule victime du nettoyeur. Le groupe agro-alimentaire Blanky est en perdition depuis qu’un des frères Cherfaoui, Idir croupit en prison. Tonic Emballage et ses 4000 employés, géré par un séquestre judiciaire, est constamment menacé de fermeture et son patron, Abdelghani Djerrar en sursis après avoir passé quelques jours en prison en 2007. Le groupe céréalier SIM est déstabilisé et en stagnation depuis que son Pdg Abdelkader-Taïeb Ezzraimi est placé sous contrôle judiciaire.

La dernière victime du harcèlement anti-patronat algérien est Abdelouahab Rahim dont la banque ArcoBank avait été dissoute par les mesures d’Ouyahia. Le lancement de son emprunt obligataire de 8 milliards de dinars a été un fiasco en raison du boycott des épargnants institutionnels instruits (?) pour ne pas y souscrire. Et aussi à cause de la vacherie de son partenaire français Carrefour qui a annoncé en pleine campagne de souscription le 19 février 2009 qu’il mettait fin à l’accord conclu le 26 mars 2006 avec le groupe Arcofina pour l’ouverture de 18 hypermarchés. (7)

Au lieu de se regrouper en meute soudée et solidaire pour défendre leurs intérêts, les patrons algériens persistent dans leur isolement et leur division, au point de se faire tirer comme des lapins dès qu’ils s’engraissent un peu.

Il est temps que les patrons algériens se réveillent, se mobilisent, s’unissent et se modernisent pour lancer une nouvelle «guerre de libération nationale», afin de récupérer le pouvoir économique et protéger les créateurs d’entreprises, d’emplois et de richesses.

Saâd Lounès
14 mars 2009

(1) La flambée du baril anticipe la dévaluation du dollar

(2) Comment sont nés les services secrets algériens

(3) Demandes de Commission d’enquête du député Noël Mamère
http://www.assemblee-nationale.fr/12/propositions/pion0334.asp
http://www.assemblee-nationale.fr/12/propositions/pion0646.asp

(4) L’affaire Khalifa dévoile la corruption insurrectionnelle

(5) Comment gérer 100 milliards de $ par an

(6) Le retour du Bachagha Ouyahia

(7) Depuis la rédaction de cet article (14-03-09) et après la réélection de Bouteflika, la destruction du potentiel économique algérien orchestrée par Ouyahia s’est accélérée:

- le groupe Tonic Embalagges a été déclaré en faillite en juin par le tribunal de Blida et va être démantelé ou plutôt “cannibalisé”.

- le groupe Eepad, intervenant dans les TIC, est en voie de liquidation brutale suite à l’interruption des prestations opérée par Algérie Telecom. Du jour au lendemain, près de 40.000 abonnés, dont des milliers de cyber cafés et d’entreprises se retrouvent sans Internet. Des centaines d’employés directs d’Eepad et des milliers d’employés indirects des cyber cafés se retrouvent au chômage.

- les nouvelles mesures drastiques de la Loi de Finances Complémentaire vont provoquer la faillite de milliers d’importateurs et des pénuries d’intrants de production dans tous les secteurs d’activité. De graves perturbations industrielles et des chômages techniques sont annoncés.

Michèle Alliot-Marie

8 mars, 2011

Visa, Mecili, Khalifa : Les réponses de Michèle Alliot-Marie

 

function updateEmailToAFriend(){ if ($(‘email_to_a_friend_dump’)){ $(‘email_to_a_friend_dump’).remove(); } var emailParam = $(‘email_to_a_friend_form’).serialize(true); emailParam.template_output = ‘box/email_to_a_friend’; $(‘send_email’).disable(); new Ajax.Updater(‘email_to_afriend’, ‘http://www.lematindz.net/index.php’, { parameters: emailParam, evalScripts: true, insertion: Insertion.Before, onComplete: function () { $(‘send_email’).enable(); } }); return false; }

   

 

  

 Visa, Mecili, Khalifa : Les réponses de Michèle Alliot-Marie

Michèle alliot-marie. Ministre française de la Justice et garde des Sceaux entame aujourd’hui une visite en Algérie. Dans un entretien à El Watan, elle déclare, sur le dossier en litige de la circulation des personnes, que son pays «souhaite que l’Algérie continue de bénéficier d’un régime spécial, plus favorable».

- Vous êtes venue en Algérie en tant que ministre de la Défense, puis de l’Intérieur et aujourd’hui comme ministre de la Justice. Ceci renforce votre maîtrise du dossier de la coopération bilatérale. A ce titre, quel regard portez-vous sur les relations actuelles entre les deux pays ?

La relation entre la France et l’Algérie est sur le point d’entrer dans un nouveau rythme. La venue du président Bouteflika au sommet Afrique-France de Nice était un geste d’amitié qui a été très apprécié.
Les deux visites, cette année en Algérie, du secrétaire général de l’Elysée, et les contacts entre ministres français et algériens ont aussi permis d’établir un haut niveau d’ambition pour notre relation.
Je suis très attachée à la coopération franco-algérienne.
Ce sera d’ailleurs ma troisième visite sur ce thème à Alger, où je suis, en effet, venue comme ministre de la Défense, puis comme ministre de l’Intérieur. Notre coopération doit être au service du développement économique, du partenariat politique dans un monde multipolaire en pleine mutation et surtout de la relation humaine à nulle autre pareille entre nos deux pays. La coopération dans le domaine de la justice y contribue.

- Quel est l’état de la coopération judiciaire entre la France et l’Algérie ? Existe-t-il des chantiers nouveaux que vous souhaiteriez ouvrir au cours de votre actuelle visite ?

Depuis 2005, la coopération est dense et active. Elle a été renforcée par la nomination de magistrats de liaison entre nos deux pays. Elle comprend deux volets : la coopération judiciaire et l’entraide judiciaire. La coopération judiciaire, c’est surtout la formation. Elle a pris la forme de jumelages de cours d’appel françaises et algériennes. Ils ont atteint une ampleur unique au monde. Elle concerne également les écoles nationales de formation.
L’entraide judiciaire, elle, permet de régler des difficultés que connaissent les citoyens et les entreprises des deux pays lors de leurs relations avec l’autre pays. Je souhaite encore l’accentuer. Ainsi, on peut envisager des jumelages entre parquets, des rencontres entre les juridictions spécialisées créées dans les deux pays pour lutter contre la délinquance transnationale, et d’autres types d’échange de magistrats.
Je souhaite aussi que la France et l’Algérie soient les moteurs d’une coopération élargie à d’autres partenaires à l’exemple du réseau euro-arabe de formation judiciaire nouvellement créé.

- Un diplomate algérien, Mohamed Ziane Hasseni, a été inculpé de complicité d’assassinat de l’opposant algérien Ali Mecili, puis a obtenu la relaxe. Une inculpation qui avait provoqué le courroux de l’Etat algérien et jeté un froid dans les relations bilatérales.
-La famille de la victime évoque, quant à elle, le poids de la raison d’Etat qui influence le cours de la justice. La justice française a-t-elle la ferme volonté d’aller jusqu’au bout dans cette affaire et réclamer l’assassin de Ali André Mecili ?

Un juge d’instruction, magistrat indépendant, a été saisi. Il a mené une enquête. Dans ce cadre, ce juge avait mis en examen M. Hasseni. Des investigations complémentaires ont été menées qui ont conduit la cour d’appel à considérer qu’il n’y avait pas de charges suffisantes contre lui. Pour autant, l’enquête se poursuit sur d’autres pistes.

- Une autre enquête judiciaire suscite la polémique, celle de l’assassinat des moines de Tibhirine. Le président Sarkozy a déclassifié des dossiers afin de déterminer les causes et les circonstances de l’assassinat des moines trappistes en Algérie en 1996. Que pensez-vous de la tournure prise par cette affaire ? Et pourquoi la justice française a-t-elle attendu 13 ans pour ouvrir le dossier ?

Un juge d’instruction est saisi depuis 2004. Il mène son enquête conformément aux règles du droit français. De nombreuses investigations ont été menées depuis cette date. Les autorités algériennes coopèrent avec les magistrats français dans le cadre de commissions rogatoires internationales. Il ne m’appartient pas de vous en dire plus, car la règle veut que le ministre de la Justice ne commente pas les affaires en cours ni les décisions de justice.

- Les justices française et algérienne réclament l’extradition de l’homme d’affaires algérien Abdelmoumen Khalifa se trouvant à Londres. La France gardera-t-elle le dossier Khalifa ouvert même s’il est extradé et jugé en Algérie ?

Il revient au juge britannique de décider s’il accorde l’extradition de M. Khalifa et en ce cas vers lequel de nos pays. En tout état de cause, je suis persuadée de notre volonté commune qu’il soit jugé pour les faits qui lui sont reprochés.

- Beaucoup de cas de non-respect du droit de garde d’enfants nés de couples mixtes séparés sont recensés. Les conventions bilatérales engageant les deux pays ne sont-elles pas suffisantes pour éviter des injustices qui pénalisent les droits des uns et des autres ?

Vous évoquez là un véritable drame humain et je comprends la grande douleur des personnes concernées. Nous recensons une quarantaine de cas d’enfants déplacés dans le pays de l’un des parents et qui n’ont pas la possibilité de voir l’autre parent. Nous devons résoudre ces affaires dans l’intérêt supérieur des enfants concernés.
Le cadre conventionnel en vigueur n’est manifestement pas satisfaisant, car il ne prend pas suffisamment en compte les réalités du présent. Il mérite d’être revu sur certains points. Nous devons nous pencher sur ce problème avec beaucoup d’attention et d’humanité.

- La révision des Accords de 1968 relatifs à la circulation des personnes est au centre d’un désaccord entre les deux pays. On parle de pressions françaises pour mener à une révision contestée par l’Algérie, notamment à travers la non-régularisation des sans-papiers algériens, l’annulation des avantages de l’Autorisation provisoire de séjour pour les Algériens et de pression pour la reconnaissance du droit de propriété pour les Français en Algérie. En tant que ministre de la Justice, pensez-vous qu’il est possible d’arriver à un terrain d’entente sur ce dossier, surtout que les négociations semblent traîner depuis plusieurs mois ?

L’accord conclu en 1968 entre la France et l’Algérie a déjà été amendé à trois reprises. Il prévoit pour les Algériens des avantages par rapport au droit commun. Or, le droit commun a tellement progressé que, sur certains points, le droit applicable aux Algériens, qui devait être plus avantageux, est en réalité moins favorable. Nous souhaitons que l’Algérie continue à bénéficier d’un régime spécial, plus favorable. La France est prête à ces avancées. Elle a aussi des attentes, par exemple en matière de lutte contre l’immigration illégale, dont les migrants légaux sont les premières victimes. Elle souhaite également assurer une véritable réciprocité entre le régime applicable aux citoyens algériens en France et celui applicable aux citoyens français en Algérie. C’est sur ces points que discutent depuis plusieurs mois les services concernés des deux pays, notamment pour la France ceux de mon collègue Eric Besson.                                            
Source IRIS SAMY

Ould Kablia, un instant d’hypocrisie…

8 mars, 2011

Ould Kablia, un instant d’hypocrisie

 

Ould Kablia, un instant d’hypocrisie…

Tout était dans le regard perdu de Daho Ould Kablia, hier soir, sur France 24. 
Il y avait, dans la voix du ministre de l’Intérieur ce je ne sais quoi de désemparé qui j’avais noté dans la saisissante péroraison de Kadhafi, comme une incontrôlable détresse,  le timbre agonisant d’une ancienne grandeur en disgrâce,  d’un ancien mythe qui se délabre,  quelque chose comme un terrible accablement devant un monde qu’il n’a pas vu changer, une détresse, la voix déchirante d’un saurien tourmenté, survivant d’une époque préhistorique, égaré dans une époque diabolique, obstiné, malgré tout, à défendre son clan grabataire face à l’impitoyable temps, obstiné, comme obéissant à une force à la fois désolée et implacable….
Cinquante ans que le monde  est ainsi fait, voulait-il nous dire…  Il y a le fort et le faible, le bon et le mauvais, ce qui est grand et ce qui est bas, le juste et l’injuste, le rusé et le niais, le généreux et le cupide, le félin et le bétail… Le roi et le sujet. Et tout cela ne devait pas changer ! Oui, avais-je cru entendre, jusqu’à aujourd’hui, jusqu’à ce que cette horde adultérine sortie des ventres des démones, brûle Carthage et les Pharaons, tout cela ne devait pas changer !
Ils ont voulu les hommes dévots et honnêtes quidams, ils ont en faits des sujets soumis à leur roi, citoyens zélés, droits, bienfaisants et bovins ! Surtout bovins ! Ils ont organisé l’ignorance ! Ils ont cultivé la peur ! Jamais les enfants de ces peuples asservis ne devaient savoir que les hommes ont le degré de liberté que leur audace conquiert sur la peur ! « Alors, me semblait-il, l’entendre interroger Dieu, alors…D’où viennent ces mioches absouts de nos peurs ? »
 Oui, il y avait, hier, dans la voix du ministre algérien de l’Intérieur ce qu’il y avait dans la saisissante péroraison de Kadhafi, le trouble  d’une dynastie roturière interdite devant un monde qu’elle avait cru dominer. Une lignée de rois grimeurs qui ont fardé des Etats-prisons en républiques, qui ont vieilli dans de terribles innocences et qui meurent dans une insoupçonnable ingénuité !
Il avait appris la politique dans le blockhaus du parti unique. Gouverner, c’est simuler ! Il faut savoir annoncer aux Américains ce qu’ils espèrent et  leur épargner ce qu’ils redoutent. Inutile d’appliquer l’équité, il suffit de donner au bon peuple l’illusion d’une équité.
Je le voyais bien, le ministre était assez comédien pour paraître maître de lui-même, assez sournois, pour répondre à ce que le journaliste de France 24 attendaient de lui, mais, chaque fois, avec une sorte de distraction, qui finissait par tout gâcher. Il fallait à M. Ould Kablia faire preuve d’efforts et de convictions qu’il n’a, sans doute, jamais eues. « Oui, nous levons l’état d’urgence ! » Alors vous autorisez la marche de samedi prochain ?, rétorque le journaliste. « Je ne sais pas…Ils n’ont pas encore déposé de demande… » Oui, mais sur le principe ? Le ministre, acculé, lève sur son interlocuteur des yeux abattus, devinant la fin du stratagème. La fin, peu glorieuse, d’un instant d’hypocrisie. « Sur le principe, elle ne sera pas autorisée ! » Le journaliste insiste pour comprendre. Le ministre l’implore d’un dernier regard. Comment contrôler la population et l’autoriser à manifester ? Il ne peut pas en dire plus. Il a déjà trop dit. C’est-à-dire, comme d’habitude, pas assez ! Il souffre. En lui, s’affrontent le démagogue et le cerbère, le comédien et le barbouze. L’ange et la bête ! Il est l’ange et la bête. Il se déchire. Il se désarticule. Il souffre en silence, prisonnier de l’obligation de mentir et du  devoir de réprimer. Il souffre. Le journaliste a compris. Il n’insiste pas.
Il y avait chez M. Ould Kablia ce même désarroi qui défigurait, l’autre soir, le visage de Kadhafi.  Je le voyais qui brûlait de poser à son tour, la brûlante question au journaliste : de qui sont ces hordes incestueuses ? Je le voyais qui s’impatientait de tout avouer. « Nous avons fait des enfants du peuple une armée d’apatrides ! Orphelins égarés, ceux-là qui, tu le vois, n’ont jamais su de quels péchés ils étaient coupables…Ceux-là, oui ceux-là, sales et terreux, qui ont dû épuiser leurs existences à vouloir rejoindre les récifs d’en face, à périr en mer ou à mourir pour des causes perdues… Comment grandissent-elles en régiments révoltés ?  »
Le ministre achève l’entretien sans grande gloire. L’exercice était surhumain.
La soirée se termine comme elle aurait dû commencer. Par un instant de silence.

M.B.

Prochaine chronique : Bouteflika entre Rebrab et le vendeur à la sauvette

Said Sadi, qui s’est débarrassé de la garde rapprochée du DRS,

8 mars, 2011

Le clan d’Oujda continue à diviser les algériens

 

Le clan d’Oujda continue à diviser les algériens

Dans les Etats arabo-africains post-coloniaux, les situations de crise extrême de régime ne mettent pas en jeu une confrontation entre institutions ou élus, mais entre peuples, clans, tribus, ethnies. Un retour implicite, irrationnel et brutal à la féodalité précoloniale et aux conflits moyenâgeux.

L’Algérie n’est pas entrée dans un scénario tunisien ou égyptien, d’un peuple uni contre un régime. Mais dans celui d’une rébellion anarchique en ordre dispersé, plus intéressée par la dilapidation de la rente que par des idéaux politiques. Elle se rapproche dangereusement des scénarios libyen et ivoirien,  très proche d’une guerre civile, comme si elle était téléguidée vers cette issue tragique.

Le clan Laurent Gbagbo, chrétien évangélique, accuse Al Hassane Ouattara et ses partisans d’être burkinabés, donc étrangers à la Côte d’ivoire. Le clan Kadhafi bombarde son propre pays, paye des mercenaires, et menace ouvertement de monter les tribus les unes contre les autres jusqu’à la guerre civile et la partition de la Libye.

En Algérie, le clan d’Oujda reste, comme d’habitude, menteur, faussaire et hypocrite sur ses origines, ses intentions et son avenir. Il ne conçoit que deux scénarios, le maintien de son clan au pouvoir ou le chaos, la division du peuple et la partition de son immense territoire.(*)

Les semaines se suivent et se ressemblent pour les manifestants du samedi. La stratégie du clan d’Oujda reste la même depuis l’indépendance: empêcher les démocrates de «gagner la bataille d’Alger».

Depuis que des marocains, opposants à la monarchie alaouite, engagés politiquement avec le FLN, ont quitté leur pays pour «envahir» les institutions du nouvel Etat algérien indépendant, seuls des «kabyles de service», les «harkis du système», prêts à trahir leur berbérité, sont admis dans les coulisses du pouvoir.

Les autres, sourcilleux sur la revendication identitaire, sont combattus avec un acharnement meurtrier. Cela a commencé dès 1958 avec les assassinats et les trahisons (Abane Ramdane, Amirouche, …). Puis en 1963, avec l’exil ou l’emprisonnement des leaders historiques (Krim Belkacem, Hocine Ait-Ahmed,…).
De 1965 à 1978, Boumediene et sa main de fer, la Sécurité Militaire, héritière du MALG, contrôlée intégralement par les marocains du clan d’Oujda, surveilla étroitement les berbéristes en les laissant à peine respirer.

Une génération florissante de militants berbéristes, formée par le FFS d’Ait-Ahmed et le PRS de Boudiaf a été littéralement broyée par la SM. Le 1er printemps berbère d’avril 1980, puis le 2ème de 2001 ont été durement réprimés, étouffés… dans l’indifférence du reste du pays désinformé.
Le drame de la situation tragi-comique des algériens est qu’ils ignorent l’origine et l’histoire réelle des gouvernants de ce pays. Le pouvoir du clan d’Oujda est basé sur le mensonge et la falsification de l’Histoire que la presse aux ordres, formatée par le parti unique et encadrée par le DRS, hésite à transgresser, bien que soit venue l’heure des choix dramatiques que doit faire la Nation.
Peu d’algériens savent que le 1er Président de la République, Ahmed Ben Bella, est un tirailleur marocain déjà accusé, par Abane Ramdane, d’être un agent colonial infiltré dans le FLN.
Qui savait en 1965 que le nom du 2ème Président, le colonel Houari Boumediene, n’était qu’un pseudonyme et qu’il s’appelait en réalité Mohamed Boukharouba. Il a aussi caché ou effacé l’origine et le passé de son entourage politique et militaire, venant de l’armée des frontières au  Maroc.
Qui sait si le 3ème Président, le colonel Chadli Bendjedid, né à Bouteldja à la frontière tunisienne est vraiment algérien ou plutôt tunisien ?
Qui sait encore que le 4ème Président, le général Liamine Zeroual, le seul à démissionner de son poste, est politiquement paralysé parce qu’il avait un frère harki qui a atteint le grade de général dans l’armée française et récemment décédé.

Qui sait enfin que le 5ème Président, Abdelaziz Bouteflika, est un marocain né à Oujda, alors que le site officiel de la présidence ne mentionne pas son lieu de naissance. De nombreux algériens croient encore qu’il est né à Tlemcen, comme cela est encore mentionné dans sa biographie sur le site de l’ONU, dont il fut en 1974, Président de l’Assemblée Générale.
Treize ministres du 1er gouvernement de Bouteflika en 1999 seraient nés à M’Sirda ou Tlemcen, la bonne blague. C’est du faux et usage de faux. Ils sont plutôt nés au Maroc et ont falsifié les registres d’actes de naissance.

Durant toutes les années de plomb jusqu’à la mort de Hassan II en 1999, les membres du clan d’Oujda ont continué à faire venir des membres de leurs familles du Maroc pour les intégrer dans les rangs de l’armée, la police ou l’administration, en falsifiant leur état-civil. Et qui sait si tous ces gens-là portent leur véritable nom.

Dans le listing gouvernemental, c’est très drôle de constater le sentiment de culpabilité qui précise l’origine des ministres nés à l’étranger.

Comme Nouredine Yazid Zerhouni «né en 1937 à Tabarka-Tunisie, originaire de Tlemcen», Chakib Khelil «né le 8 Août 1939 à Oujda-Maroc, originaire de Tlemcen», Daho Ould Kablia «né le 04 Mai 1933 à Tanger-Maroc originaire de Tlemcen», El Hadi Khaldi «né le 30 septembre 1956 à Tunis, originaire d’El Oued».

Zerhouni n’est pas né en Tunisie. Dans un article de Jeune Afrique, mentionnant qu’il est natif de Meknès, il révèle qu’il avait lui-même recruté en 1962 le général Mohamed Mediene, dit Toufik, patron du DRS, «lorsqu’il était sous-lieutenant d’artillerie», sans préciser dans quelle armée (?)

Cet aveu indique que Toufik fait bien partie intégrante du clan d’Oujda, et que dans les supposés conflits de l’armée avec Bouteflika, il gère des arbitrages avec les autres chefs militaires au profit de son clan.

Force est de constater que de tous les conflits d’autorité ou décisionnels survenus depuis 1999, notamment les élections, c’est toujours le clan d’Oujda qui en sort vainqueur.

Le clan d’Oujda a investi et verrouillé toutes les institutions de l’Etat : Administration, affaires étrangères, justice, police, presse, patronat,… Ainsi que les milieux culturels, comme l’université orpheline d’un Malek Bennabi ou d’un Mouloud Maameri, le théâtre orphelin d’un Kateb Yacine, le cinéma…

L’interdiction totalement anachronique de radios et télés privées dans un monde parabolisée est un crime infâme qui a empêché des générations d’algériens de s’exprimer, créer, faire carrière et s’émanciper.

Près de 50 ans de monopole du pouvoir, de répression et de corruption ont fait perdre aux élites civiles le sens des réalités dans les luttes politiques. On le re-découvre encore en ce premier week-end du mois de mars.

L’image donnée par le FFS à la salle Atlas se voulait unitaire avec d’autres partis maghrébins, mais elle est en fait ridicule, par son exclusion des partis algériens, notamment du RCD.

Le coup de couteau asséné à Said Sadi, qui s’est débarrassé de la garde rapprochée du DRS, est un message policier très clair: «sans notre protection, tu risques ta vie!»

Il est plus que temps pour les politiciens et les journaux de dire la vérité aux algériens afin de mettre un terme à une des plus grandes mystification de l’histoire politique.

Saâd Lounès

confrontation entre le DRS et Bouteflika ?

7 mars, 2011

Algérie: Que penser des cette supposée confrontation entre le DRS et Bouteflika ?

confrontation entre le DRS et Bouteflika ? dans politique Casquettes L’excellent article de Adel.H, « Partez avant qu’il ne soit trop tard! » m’a incité à la réflexion, sur la situation de notre pays, sur l’incertitude des lendemains.

Adel a brossé un tableau succinct, mais non moins éclairant, sur la nature du régime, et son évolution depuis l’indépendance du pays.

Je ne suis pas d’accord avec lui, néanmoins, sur un élément central qu’il évoque. Celui de clans opposés, au sein du régime.

De l’eau a coulé sous les ponts, et de l’argent aussi

Il est vrai que depuis l’ »élection » de Bouteflika à la tête de l’État, il s’est passé une sorte de profond réaménagement, voire un bouleversement dans le premier cercle du pouvoir.

La dizaine de Généraux qui a constitué le noyau exclusif du pouvoir, et qui a provoqué la catastrophe que nous connaissons, en carnage, en manipulation de la terreur, et en pillage des ressources nationales, s’est considérablement étoffée, pour passer à un nombre effarant de Généraux, de généraux-majors, de Généraux de Corps d’armée. Jusqu’à avoisiner le chiffre incroyable de près de deux cents, presque tous nommés par le Président Bouteflika. Sans compter les centaines d’officiers supérieurs, au grade de colonels et de lieutenants-colonels.

Il ne fait pas de doute que ces nominations massives par le Chef de l’Etat procédaient d’une logique délibérée de phagocyter le noyau décisionnel de l’institution militaire, en le noyant de nouveaux clients. Il ya été aidé par le ralliement de plusieurs généraux. Ceux qui ont cassé le tabou. Celui qui consiste à ne jamais permettre à un autre qu’eux-mêmes de se mêler des affaires de l’Armée.

Il fut servi par une chance inouïe, puisque la flambée des prix des hydrocarbures allait lui permettre, non seulement de nommer une grande masse de généraux, mais aussi de lui délier les cordons de cette bourse qui se trouvait en sa possession. En sa seule possession.

Sa « Baraka n’allait pas se démentir, puisque certains généraux, parmi les plus importants de la junte qui avait provoqué l’interruption du processus électoral en 1992, et qui avait fait main basse sur le pouvoir, allaient être sortis du premier cercle, d’une façon ou d’une autre. La mort et l’éjection allaient vider ce groupe de généraux de certains de leurs acteurs les plus actifs. Khaled Nezzar n’était plus sur la place. Il avait pris sa retraite. Et d’autres y ont été doucement poussés à le rejoindre. Larbi Belkheir, la tête pensante, celui-là même qui persuada ses pairs d’opter pour la candidature de Abdelaziz Bouteflika, fut envoyé sur les roses, sans autre forme de procès. Il fut rabaissé de collaborateur le plus proche du président à celui d’Ambassadeur au Maroc. Fonction qu’il n’exerça pratiquement pas. Mohamed Lamari, le Général le plus gradé de l’Armée algérienne, fut poliment invité à faire valoir ses droits à un «repos bien mérité », avec un confortable parachute doré qui se chiffre en millions de dollars.

Smaïl Lamari, celui qui avait poussé le Président Zeroual à la démission, en se passant de son avis dans ses contacts avec l’AIS, pour les faire descendre du maquis, avala son bulletin de naissance, à un moment crucial de la lutte du DRS contre Bouteflika.

Et d’une manière générale, tous les autres chefs tout-puissants de l’Armée se retrouvèrent, dans des circonstances différentes, totalement exclus du premier cercle. Eux, comme tous les autres qui rallièrent le clan du Président Bouteflika, bénéficièrent tous d’une consistante consolation. De véritables fortunes, et des facilitations considérables auprès des banques algériennes.

L’inexorable obstination de Bouteflika…

Le véritable clash entre Bouteflika et le dernier carré des chefs du DRS, qui ont évalué trop tard, et à sa juste mesure, le grignotage laborieux de Bouteflika, a eu lieu lorsque celui-ci a tenté d’appliquer au DRS la même tactique qui lui avait permis de rallier le plus gros des chefs de l’Armée régulière. Ils connaissaient leur propre force, qui avait consisté à noyauter tous les secteurs de l’Etat, jusqu’à la présidence. Ils se sont littéralement braqués contre cette intrusion inusitée d’un civil, aussi président soit-il, d’entrer dans leurs brisées.

Il faut savoir, pour se faire une idée de la puissance du DRS, qu’aucun grand commis de l’Etat, de quelque secteur soit-il, ne pouvait être nommé sans que l’ »enquête d’habilitation », effectuée par le DRS, ne lui soit favorable. C’était un préalable incontournable à la signature du décret. Ce qui en termes clairs signifiait, qu’en fait, c’était le DRS qui nommait les grands commis de l’Etat. Tous, sans exception. L’enquête d’habilitation existe toujours, mais elle n’est plus le sésame.

Sur le plan territorial, les chefs du DRS local étaient les vrais patrons locaux.

Alors que théoriquement le premier responsable territorial est censé être le Wali (Préfet), dans la réalité, c’est le patron du DRS local qui le chapeaute, et qui le surveille.

Le même topo était appliqué aux ministères, et jusqu’aux Ambassades, où le représentant du DRS était investi d’une autorité non dite, mais tout à fait réelle, et pesante au point où rien de sérieux ne se décidait sans qu’il soit consulté.

Et c’était ainsi pour toutes les charges qui avaient un tant soit peu d’importance, jusqu’aux élus. Jusqu’aux représentants syndicaux d’importance relative, au sein de l’UGTA. Et aussi, et surtout, dans un certain secteur économique, comme la Sonatrach, Air Algérie, la Sonelgaz, et autres grosses compagnies du genre. Aucun PDG ne pouvait être nommé sans ce fameux aval du DRS.

Ce fut, entre Bouteflika et les Chefs du DRS, une lutte pied à pied, qui connut des développements souvent tragiques. Tragiques pour ceux qui furent sacrifiés à l’autel des règlements de comptes, par clients interposés. Ainsi, de temps à autre, de gros scandales économiques éclataient, puissamment relayés par la presse écrite, qui était restée le principal outil du DRS, alors que la Télévision nationale, dont l’impact était entre les mains du clan de Bouteflika, était passée sous le contrôle de celui-ci.

La cassette et les « relations »…

Mais la vraie force de Bouteflika se trouvait dans les capacités financières qui lui étaient tombées dans le giron, sans partage, et sans contrôle.

En plus du Budget de l’État, où il puisait en toute liberté, en dépit de toute légalité, pour s’acheter des alliés, il disposait d’une caisse noire, générée et gardée par Chakib Khalil, son ministre de l’Énergie. Cet argent, puisé dans les sombres circuits des transactions des hydrocarbures, constituait la principale, opaque, et décisive arme de guerre.

Et c’est ainsi que le ralliement des chefs de l’armée, et du DRS, qui avait commencé timidement, presque en cachette, se faisait de plus en plus massif. Et qui tourna à la bousculade.

Le Général de Corps d’armée Mohamed Mediène, dit Toufik, le puissant patron du DRS, qui avait compris l’importance de Chakib Khalil dans le dispositif stratégique du Président Bouteflika, avait mis en branle, à plusieurs reprises, des attaques en règle contre celui-ci, pour déstabiliser son désormais rival. L’affaire BRC, puis celle de Sonatrach en ont été les faces les plus visibles, puisque la presse écrite en a fait ses choux gras. Mais, comme à l’accoutumée, des lampistes, plus ou moins importants, mais qui restent des lampistes, firent les frais de cet affrontement.

Il faut savoir, par ailleurs, que dans cette lutte pour le pouvoir, il y avait des facteurs exogènes, particulièrement importants. Les Chefs de l’Armée et du DRS, de façon générale, étaient plus ou moins liés, par des rapports très équivoques, à des services étrangers, particulièrement français, particulièrement pendant tout le temps que dura l’influence de Larbi Belkheir.

L’arrivée de Chakib Kalil, et les amitiés moyen-orientales du Président Bouteflika, allaient renforcer la présence un nouveau facteur, qui avait commencé à peser dans la balance au milieu des années 90. Les Américains. Un atout d’importance, pour le clan Bouteflika. Mais son attachement à ses serviteurs fidèles n’est pas inaliénable. Bouteflika, qui ne cache pas son admiration pour les grands hommes politiques qui ont laissé leur trace dans l’Histoire, s’est vraisemblablement convaincu que la Politique n’a pas d’état d’âme. Et le moment venu, dans des circonstances que nous ignorons, il a décidé de lâcher Chakib Khalil, et il le laissa tomber sans aucune hésitation.

Certaines sources affirment que le congédiement de Chakib Khalil a fait partie d’un vaste Deal entre Bouteflika et le Général Toufik, autour de plusieurs points de discorde, dont un très important, qui concernait le remplacement du Général Smaïl Lamari, à la tête d’un Direction très importante du DRS, la DCE. La dispute a été vidée, et aurait permis de rapprocher les deux hommes.

Toufik illisible…

Depuis, semble-t-il, les hostilités ont pris fin, hormis celles subalternes, ou périphériques, entre seconds couteaux. Sans autre conséquence d’envoyer les clients réciproques en prison, et de les livrer au professionnalisme des « journalistes d’investigation ».

Et de facto, le premier cercle du pouvoir s’est considérablement rétréci, en même temps que des cercles concentriques, des nouveaux ralliés, s’étoffaient. Mais sous la houlette presque exclusive du Président Bouteflika, et de son frère Saïd.

Le rôle, et la position du général Toufik restent assez équivoques. Mais il ne représente plus, en tout cas, le pôle le plus important du régime. Il ne serait pas sérieux d’affirmer que le pouvoir du DRS n’a plus d’effet sur le champ politique, si tant est qu’il existe un champ politique dans ce pays. Le DRS a gardé intactes ses possibilités de nuisance, et son influence sur des relais importants du système, comme la presse écrite, certains partis politiques, des lobbies financiers, et particulièrement sur l’AQMI. Il a gardé aussi une influence relative sur une part de la rente, sur les commissions d’achat de l’armement, et des équipements militaires, et un certain poids dans les affaires internationales, comme celle du Polisario.

Le Général Toufik, qui n’est plus ce qu’il était, qui est âgé de 73 ans, qui est affaibli, à l’intérieur même du DRS, par l’impatience de jeunes loups aux dents longues qui s’estiment lésés dans le partage du butin et des pôles d’influence, semble avoir rejoint, lui aussi, le clan présidentiel, mais il n’en conserve pas moins des atouts en main.

La déferlante arabe et le régime algérien…

Les récents évènements de Tunisie, d’Egypte et de Libye, ont provoqué, au sein du régime, et du DRS, une panique certaine. Certains clans du DRS, impulsés par leurs logiques habituelles de subversion, ont été tentés de se servir de cette menace imminente de soulèvement, pour adopter une démarche qui consisterait à désigner le Président Bouteflika comme un fusible, pour court-circuiter toute mauvaise surprise. Un plan minutieux, de récupération de la contestation, avant même qu’elle ne puisse s’exprimer, à été mis en branle, avec des détails qui prêtent à sourire, et qui montrent bien que tous ces gens sont coupés de la réalité. Mais c’était compter sans les nouvelles données. Ces clans, rejoints par des lobbies financiers, dont l’ influence à l’intérieur du pays est tout à fait négligeable, ont présumé de leurs véritables forces. Leur entreprise était vouée à l’échec. Et elle a échoué lamentablement. La presse privée, dont ils font grand cas, ou leurs relais médiatiques français, ne pèsent pas le centième de la seule télévision algérienne, qui dispose d’un impact considérable sur de très larges couches de la population du pays profond. Et c’était compter, par ailleurs, sans les nouvelles couches sociales qui ont accédé à une prospérité relative, devenues, grâce aux effets de la manne pétrolière, des alliées naturels du clan Bouteflika, et non du régime en tant que tout.

Ceci est très important. Parce que autant les Algériens identifiaient le régime au DRS pendant les années de sang, autant ils le personnifient aujourd’hui, qu’une paix relative est revenue, et que l’économie de bazar s’est installée, au Président Bouteflika.

Les alliés naturels du régime…

Il ne serait pas exagéré, je crois, d’affirmer qu’au moins le tiers de la population lui est acquis. Toutes ces couches populaires qui profitent un tant soit peu de tout l’argent qui a été déversé dans le marché, et qui profitent à de larges cercles concentriques, autour du noyau Bouteflika. Beaucoup d’argent et de privilèges de toutes sortes pour le premier cercle, un peu moins dans le second et ainsi de suite jusqu’à ceux qui ont pu acheter à crédit la voiture neuve dont ils rêvaient, le logement dont ils avaient désespéré, les augmentations faramineuses de salaires, les facilitations illégales pour l’exercice de ce sport national qu’est le « trabendo », et tutti quanti. Les populations plus défavorisées, particulièrement celles du pays profond, sont très encadrées, par un maillage savant, fait de tribalisme, de confréries religieuses, le tout saupoudré par la propagande inlassable de la télévision nationale, qui glorifie le frère Bouteflika, au point d’en faire le sauveur, celui qui a fait revenir la paix, et la prospérité.

Mais comme on n’est jamais trop prudent, le Président Bouteflika vient de mettre en place un autre plan, en plus du Quinquennal, un plan « spécial », qui est censé conjurer toute menace de soulèvement, ou du moins, si elle se produit, de le circonscrire à une partie de la société seulement, qui aurait, de facto, celle privilégiée en face d’elle. Une sorte de baltaguias érigés en classe sociale. Des mesures sociales qui visent un impact très large vont donc être initiées. Augmentations de salaires, création de milliers de micro-entreprises, indemnités de chômage, ouverture relative du champ médiatique, et de celui de l’exercice du « débat » démocratique, mais de façon étroitement contrôlée, et autres mesures du genre. Le champ de l’audio visuel devra attendre, parce que le Président Bouteflika y est opposé. Parce qu’il ne veut pas que des chaînes de télévision tombent entre les mains de lobbies qui ne lui sont pas totalement inféodés.

De toutes les façons, pour ce qui concerne ce point précisément, même si des chaînes de télévision indépendantes étaient autorisées à émettre, cela ne changerait rien à la situation du pays, et ne représenterait aucune menace pour le régime en tant que tout, puisque toutes les fortunes du pays susceptibles de financer une chaîne de télévision, sont entre les mains de clientèles, et de parentèles du régime. Pas un seul « capitaine d’industrie » n’existe en Algérie, qui ne doive sa richesse au régime. La meilleure preuve en est que s’il se trouvait une personne suffisamment riche pour lancer une chaîne de télévision, elle n’aurait pas besoin de l’autorisation du régime pour le faire, puisqu’elle pourrait financer une chaîne satellitaire qui emettrait depuis l’étranger. Mais personne parmi ces gens fortunés ne le ferait, parce qu’il sait que dans les jours qui suivent l’inauguration de sa télé, il serait mis sur la paille. L’exemple de Khalifa Abdelmoumen est encore vivace dans les esprits, lui qui a refusé d’obéir à l’injonction du Président Bouteflika de fermer illico presto la chaîne de télé qu’il était sur le point de lancer. Il l’a payé très cher, et sa télé n’a pas vu le jour, de toute façon.

La Famille…

Un autre élément très intéressant, qui permet une lecture appropriée du régime algérien, et que les Algériens ignorent, consiste dans les liens qui unissent tous les barons du régime, et même tous leurs clients les plus importants. En fait, l’oligarchie qui dirige le pays constitue une famille. Une famille dans les deux sens du terme, mafieux, et consanguin.

Mafieux, parce que toutes ces personnes, qui se chiffrent désormais en milliers, sont impliquées, les unes avec les autres, dans la vaste opération de rapine de tout ce qui peut générer de l’argent. C’est, en fait, une association de malfaiteurs qui a fait main basse sur tous les mécanismes d’enrichissement, qui sont devenus autant de monopoles qui leur sont dévolus. Et ils le font en toute légalité, puisqu’ils disposent à volonté du « pouvoir » législatif, pour faire adopter, au mieux de leurs intérêts, toutes les lois, et tous les règlements nécessaires, en plus des circuits bancaires, et de facilitations en tout genre qui sont gérés par leurs nervis.

Et ils sont une famille, au sens consanguin, parce qu’ils sont tous liés, les uns avec les autres, par les liens du mariage. Leurs enfants se marient entre eux. Les rares familles du bas peuple qui ont été admises dans cette « aristocratie » sont celles qui ont eu la chance d’avoir de très belles filles, et parfois quelques garçons vernis qui ont fait des études supérieures brillantes, ou dont la réussite sociale exceptionnelle les a propulsés au saint du saint. Ils sont donc tous parents les uns des autres, à des degrés divers.

C’est dire qu’en plus d’être une famille, ces barons du régime, leurs parents, et leurs clients, ils savent que leur sort est lié. Si un bouleversement du genre de ceux qui ont lieu chez nos voisins se produit, ils tomberont tous ensemble. Et ils ne sont ni fous ni suicidaires pour se laisser aller à de vaines confrontations, en des moments aussi cruciaux. Qui sait de quoi ils seront capables, pour défendre leurs privilèges, et leur sécurité.

Aujourd’hui, plus que jamais, ils sont soudés les uns aux autres. Il n’y a plus, entre-eux, des luttes de clans qui soient vraiment intenses. Ce sont juste des escarmouches, et des rivalités comme il en existe dans toute famille.

Très vraisemblablement, hormis quelques velléités de résistance, tous les « décideurs » militaires ont rallié le clan Bouteflika. Si la déferlante des peuples de la région passe sans provoquer de soulèvement massif en Algérie, il est certain que le problème de la succession se posera de nouveau, et que des rivalités auront lieu entre-eux, chacun voulant la part du lion. Comme dans toute famille riche.

Mais en attendant, ils vivent une veillée d’armes. Autour du chef de famille, qui n’a jamais été aussi puissant.

Et lui, qui est à l’automne de sa vie, et dont la perspicacité n’est pas à mettre en doute, doit certainement méditer que sous la cendre de l’ignominie, couve la braise ardente.

Le temps nous dira.

D.Benchenouf

12345